Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 27 février 2016

Aubry s'ennuie-t -elle à Lilles où elle a tout perdu

Je ne partage pas, mais pas du tout, l'attitude actuelle de Martine Aubry, qui tente de déstabiliser le gouvernement, voire de faire une OPA sur le PS.

S'ennuierait-elle à Lille ? Dont elle a perdu la Communauté Urbaine au profit de la droite ? D'où elle n'est pas allée se battre face à Marine Le Pen pour garder la Région Nord-Pas-de-Calais Picardie, laissant ce soin à un de ses fidèles, son premier adjoint ? Qui a une fédération socialiste dans une situation financière catastrophique ? Qui n'est jamais allée à Calais - c'est à quelques kilomètres de Lille il me semble - dans la fameuse "Jungle" dont la France entière parle, et dont le gouvernement s'occupe avec humanité et respect des personnes ? Pierre Mauroy doit se retourner dans sa tombe…

Non, Martine Aubry fomente des putschs selon la bonne vieille méthode : on attaque en même temps par la base et par la tête ! Car, comment ne pas être un tantinet surpris de constater la parfaite concordance des temps entre ce qui s'est passé à la Fédération Socialiste de l'Hérault mardi soir … cette "motion de défiance" à l'égard du gouvernement, et l'article tonitruant publié en même temps par Martine et ses amis dans Le Monde? Je note accessoirement que cette ligne est portée par un collègue député initialement frondeur pendant 1 an ou 2, devenu tout d'un coup loyaliste le temps d'être investi et élu aux régionales, et redevenu frondeur dès les élections terminées… Comme c'est bizarre...

Alors oui, les leçons de morale de certains me fatiguent et je suis en colère. Leurs postures idéologiques et leurs ambitions politiques vont-elles permettre de clarifier ? De clarifier quoi d'ailleurs ? Vieille antienne que celle-là : la ligne ! Peut-être n'est-ce-pas plus mal finalement que se déchirer en catimini, frondeurs par-ci, godillots par-la. Frondeurs peu nombreux, sauf médiatiquement, godillots nombreux et malheureux, mais taiseux et travailleurs. Etant entendu que, du point de vue des frondeurs, l'intelligence est pour eux, et la bêtise et la veulerie pour les autres. Du point de vue des godillots, dont je suis, l'intelligence politique est de s'adapter au monde réel, et de tenter de s'occuper du pays et des gens.

Ah oui, un dernier point : je ne sais d'où est sorti ce terme de "social-libéral", de la presse sans doute, mais quelques uns ont bien du le souffler aux journalistes... Il fait florès en ce moment… Aucune base idéologique. Il se répand, comme une tâche infâme, dans les discours médiatisés. Je ne suis pas social-libérale, je suis social-démocrate et je l'assume. La création de valeurs doit bénéficier à tout le monde, à proportion de ce à quoi il a contribué, et y arriver est un combat politique. Mais je ne pense pas que, dans le monde d'aujourd'hui, qui est international, et dans notre Europe compliquée, il faille céder aux facilités langagières. Ni au délit de belle gueule. Elle sont assassines et inutiles. Et désespérantes. Un bon mot peut causer de grands maux.

Je suis navrée de tout cela, mais sans doute était-il nécessaire que cela sorte. Je croyais, j'espérais que pas-à-pas, le monde changeant, la violence des combats d'idées au sein de notre famille politique s'apaiserait et permettrait synthèse, rassemblement, confrontation bien sûr, mais pas guerre. Je m'en désole. Mais me bats. Car oui, l'engagement politique, c'est aussi cela. Tout en continuant d'oeuvrer, et ce n'est pas simple, pour le bien commun en "faisant des choses concrètes", par la loi, par l'engagement de l'Etat en faveur d'une économie plus prospère art donc meilleure pour les gens.

nota : comme dans toutes les familles, disputes et réconciliations sont des réalités. Il semble que cette fois la temporisation et la tempérance ne soient plus de mise… Je le regrette.

Anne Yvonne Le Dain


Les commentaires sont fermés.