Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 14 septembre 2015

Robert Ménard en petit gestapiste

menard hitler.PNGAvec Robert Ménard, le pire n'est jamais sur. Après une multitude de faits et gestes qui tiennent souvent plus de la gesticulation médiatique que de l'efficacité pour le bien vivre des Biterrois, cette semaine, le tristement célèbre maire de Béziers s'est surpassé. 

Non content d'une couverture abominable dans le dernier journal de Béziers qui joue sur la peur, les fantasmes et les trucages, Ménard joue désormais au shérif dans une production lamentable avec l'aide de sa police municipale. 

Ignorant tout des lois républicaines, Robert Ménard s'est donc rendu dans un appartement de Béziers occupé par des réfugiés, entourés de policiers municipaux et d'une caméra bienveillante pour montrer comment il allait bouter hors de Béziers les indésirables étrangers. Menaçant hommes, femmes et enfants (apeurés devant ce personnage éructant), on voit Ménard doigt en l'air et poing presque levé en digne héritier des milices qui venaient expulser les Juifs qui venaient voler le pain des Français.

Ce pauvre Ménard est bien obligé de donner quelques gages aux Biterrois qui l'ont élu, il avait essentiellement axé sa campagne sur "ses kébabs qui envahissent Béziers". Bien entendu, il ne peut rien contre les "kebabs" alors il joue au petit milicien.

Ça pourrait presque être risible tant le ridicule le dispute au grotesque, sauf que c'est un élu censé être républicain qui s'illustre dans cette mauvaise production, et que l'image de Béziers n'en est que plus écornée. Il suffit de voir comment certains journalistes, sur le ton de l'humour bien sur, affublent le maire de Béziers d'une petite mèche et d'une petite moustache. Tout est vraiment petit chez cet homme.

Commentaires

Ses idées sont tout sauf républicaines.
Merci à Dolores, Jean-Michel et Hussein de lui avoir ouvert les portes de Béziers.

Écrit par : Pepette | lundi, 14 septembre 2015

Les commentaires sont fermés.