Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 12 septembre 2015

#Regionales2015 , de l'air @PatricePrat

 

Les élections régionales du mois de décembre se rapprochent. Une nouvelle fois, ces élections intermédiaires seront marquées par la désaffection des français, oscillants entre indifférence, déception et rejet.

 

Les enjeux sont pourtant immenses. La fusion des régions et la première mise en œuvre de la récente loi NÔTre, dans le cadre de la réforme territoriale, donnent une dimension nouvelle à ce scrutin. Une véritable opportunité pour changer !

En Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, le spectacle des divisions politiques en dit long sur l'état de décomposition des forces en présence. Aucune grande figure politique ne domine ce nouvel échiquier et, plus que jamais, les rares leaders censés la représenter, souffrent d'un double déficit, ceux de notoriété et légitimité. Les têtes de liste seront bien en peine d'entraîner avec elles, militants, sympathisants et électeurs. Je pose la question : qui, à ce jour, incarne cette future grande région parmi les candidats en lice ? Là est la difficulté.

Car dans ce moment crucial de mutations profondes et de redécoupage institutionnel, j'enjamberais bien volontiers ces partis mortifères pour y préférer des personnes de défis et d'audace. La droite institutionnelle est décevante, mais mon jugement ne vous étonnera pas. Ma déception est plus grande et ma critique plus sévère encore quand j'observe la vacuité de la gauche, ma famille politique. Je pourrais, à l'infini, énumérer ses errements, ses reniements, ses "combinazione"... mais à quoi bon développer ici ? Je pourrais tout autant condamner son manque d'exigence envers elle-même, m'alarmer enfin sur son manque évident de volontarisme politique.

Au contraire, le spectacle de ces derniers mois, n'est qu'une succession de déchirements et de dérives. Pour exemples, les débats, nés de la composition "surréaliste" des listes électorales ainsi que de la création "ex-nihilo" saugrenue, d'une Présidence déléguée, sont symptomatiques des difficultés de nos élus à dépasser leur propre horizon électoral

Mes compatriotes, les temps changent, nos sociétés évoluent et l'opinion publique ne nous comprend plus. Aux responsables politiques, je lance un appel, il faut changer de braquet, casser le moule. Ne faîtes plus de la politique comme il y a trente ans ! Osez le non cumul strict et cela sans attendre 2017 ; ce ne peut plus être l'un et l'autre mais l'un ou l'autre, dès maintenant. Mettez à l'honneur la société civile, rejetez l'esprit de système qui nuit à l'émergence d'une nouvelle génération d'élus et qui nous détourne de l'essentiel.La politique a besoin d'air frais !

Chers élus, trop préoccupés par votre destin personnel, vous êtes en revanche, invisibles sur un grand projet régional.Donner du sens c'est parler de qui nous sommes, d'où nous venons et dans quelle direction nous voulons aller. C'est encore incarner notre nouvelle Région, en être habité et l'aimer toute entière. Dès lors, dans ce prélude, nous avons besoin d'un récit collectif qui relie notre passé à notre avenir. Quel projet fédérateur pour notre grande Région ? Une vision d'avenir nous fait aujourd'hui cruellement défaut. Il va falloir sceller l'unité de cette Région.

Sceller l'unité c'est valoriser ce qui nous rassemble d'abord. Les grands traits communs qui forment cette nouvelle Région. Son histoire, ses hommes, ses femmes, son génie, sa ruralité, ses villes, ses paysages, ses ressources naturelles, cette belle unité qui se dégage déjà aisément et qui doit nous aider à ne former plus qu'un ou qu'une.

Sceller l'unité, c'est oser faire un bond dans l'avenir. Réduire les fractures, rompre l'éloignement, l'isolement, l'ignorance sous toutes leurs formes. Inventer les modes de déplacement du futur, démocratiser les nouvelles technologies. Instaurer un co-développement de part et d'autre de la Méditerranée sans omettre de porter notre regard également vers l'Europe du Nord. Nos ports comme nos grandes villes sont autant de portes d'entrée qui doivent favoriser le commerce, les liaisons nord-sud et est-ouest. Nos métropoles seront les ventricules scientifiques et économiques de Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et nos campagnes des oasis. Mais la périphérie de nos villes ne doit plus être également la grande oubliée de nos politiques d'aménagement

Sceller l'unité, c'est également gommer les fractures territoriales. Elles devront favoriser des politiques de coopération équilibrées. Respecter la diversité de nos territoires nécessitera une attitude différente de la part de ces nouvelles entités, qui par expérience, souffrent de tropismes. Aux deux "C", la Cohérence des politiques et les Compétences qui leurs sont reconnues, il faudra ajouter un troisième "C", celui de la nécessaire Cohésion de ce vaste ensemble.

Sceller l'unité, c'est enfin et c'est vital, susciter l'adhésion des populations.Inventer une nouvelle démocratie de proximité où s'impliqueraient les populations,d'une part, dans le suivi, l'évaluation des grands choix stratégiques de la future Région et d'autre part, dans la transparence financière des mesures budgétaires engagées par la Collectivité territoriale.

C'est à ce prix, selon moi, que nous parviendrons à sceller une unité, qui aujourd'hui,n'est pas assurée. Plus que la force des textes, des règlements et des lois ; c'est ici, la force et la vision des femmes, des hommes, alors dotés de leurs nouvelles responsabilités qui garantiront l'unité de notre belle et grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Là seul est l'enjeu du moment.

Patrice Prat, député

Les commentaires sont fermés.