Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 08 septembre 2015

Il est temps...

Oui il est temps que l'Europe prenne sa part de ce drame total en Orient. Comme la France a pris sa part du traitement "Boko Aram" en Afrique de l'Ouest, et continue de le faire, même si - évidemment - rien n'est terminé. Et la France doit continuer à prendre sa part de ces flux migratoires énormes.

Il est (juste) temps que l'Europe, l'Union Européenne, se saisisse de la question de manière forte, lourde, ET politique. Et donc que les nations soient interpellées sur leurs responsabilités.

Si l'on peut comprendre l'inquiétude face à l'idée de "submersion" de ces migrants …, il faut aussi songer que la Turquie accueille actuellement près de 2 millions de syriens, et le (petit) Liban 1,5 millions.

A proportion, accueillir ceux qui se sont tant mis en danger et en douleur… est bien peu, mais pas simple, évidemment.

Le gros travail est aussi d'éradiquer DAESCH et les régimes dictatoriaux. Mais s'y prendre différemment … que ce qui a été fait en Irak (désastreuse décision…) et en Libye (tout aussi lamentable…).

Aylan et Kobané, l'enfant et sa ville, sont la démonstration que nous, européens, occidentaux, manquons de cohérence en matière de traitement de cette partie du monde, qui est tout à la fois notre réservoir de pétrole, de gaz, de minéraux, et un bric-à-brac de zones-tampons désertiques, aux frontières taillées au cordeau après la guerre, et où depuis toujours les pouvoirs locaux étaient organisés autour des villes et tenus par des "familles". Dans les jeux de rôles locaux, nous y avons installés des "territoires" et des potentats. Après nos guerres et sans subtilités.

Résoudre cela sera le gros enjeu géopolitique du 21ème siècle. Cela ne fait que commencer. Il faut aussi que les "peuples" locaux se réveillent et se révoltent. Il faudra les aider. Face au drame en Syrie, François Hollande avait tenté d'agir, mais Obama a finalement renoncé. Les autres démocraties n'avaient pas bougé. Il y a maintenant un prix à payer : l'accueil. Mais, dans ces pays, sortir de ces oppressions, "légale" comme en Syrie ou illégale comme avec Daesch ou Al Kaîda …, ne sera pas simple. Surtout que cela se jumelle d'une guerre de religions entre sunnites et chiites... Il y aura un prix du sang et il sera lourd. Bonjour le 21ème siècle.

Anne Yvonne Le Dain

Les commentaires sont fermés.