Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 18 février 2015

Les "frondeurs", une arrière garde qui tente de se nourrir sur la bête

Etre élue pour ne rien changer ? Non merci !
Aujourd'hui à l'‪#‎AN‬ nous avons vécu un #49.3. Je n'ai pas de colère mais, quand même, … un tantinet d'amertume : j'aurais tellement préféré que nous votions cette belle Loi "Croissance et Activité", travaillée pendant 5 semaines, 200 h de débats, 1050 amendements déposés, près de 350 retenus, en provenance de tous les groupes politiques. Un gros travail parlementaire, assez inédit et plutôt exemplaire.

Membre de la Commission Spéciale, dite Commission Macron, je peux témoigner de l'écoute du gouvernement, du travail des rapporteurs par thèmes, de la qualité des réponses apportées et des questions posées. Le texte était bien abouti, bien balancé, au mieux de ce que la société française et ses représentants pouvaient accepter, et les sondages estiment que 65% des français y étaient favorables…, tout allait bien …. et bref … et patatras !

Alors voila, nous, les députés, avons (enfin?) connu un #49.3, l'adoption d'une loi par l'engagement de la responsabilité du gouvernement, sans vote dans l'Hémicycle. Michel Rocard avait beaucoup recouru au 49.3. C'était un innovateur, c'était à la fin des années 80 : il assumait que l'innovation est toujours quelque chose de difficile, surtout en politique (semble-t-il…) ! Peu de 49.3 ensuite, sauf un en 2006, sur le CPE, innovation inopportune…

Et voila que cela recommence ! On innove, on ne fait pas semblant de changer le monde avec une loi révolutionnaire qui ré-inventerait l'économie mondiale. Non : on améliore, on affine, on bouscule, on avance. Et puis voila voila, quelques petites postures politiciennes… et patatras ? Eh bien non, la loi dite Macron est passée. Un petit 49.3 et hop et c'est fait !

Si le Premier Ministre, Manuel Valls a décidé de recourir au 49.3, alors qu'il avait probablement une majorité sur ce texte, c'est qu'elle était trop incertaine. Or, un tel texte ne peut être voté "rasibus" : il y perdrait une partie de sa légitimité. La décision du gouvernement de l'assumer pleinement est donc l'affirmation d'une politique, et le refus de céder aux petits aménagements négociés dans les coins par quelques uns. Cela prive, quand même, les députés qui ont assumé ce texte et les négociations afférentes … de l'honneur et de la fierté du travail accompli, du travail bien fait. Je leur rend donc ici hommage.

Chacun a compris que ce texte n'est pas révolutionnaire, certes non, mais il est une somme importante de petites et grandes évolutions, qui ont vocation à être appliquées, tout simplement. Elles ont toutes été négociées, parfois durement, par le gouvernement ou par les députés rapporteurs, avec les professionnels concernés, en pleine lumière et en pleine conscience : chacun a pu le voir et le mesurer par les diverses mobilisations qui se sont manifestées et la médiatisation afférente.

Il ne pouvait donc être question d'accepter des petits "arrangements entre amis", ce qu'aurait bien aimé certains. Qui ont donc choisi le bras de fer. Dont acte : ils ont perdu.

Au moment où des signes de reprise économique commencent à poindre, il faut continuer à aller de l'avant, à réformer le pays, à assumer que le changement c'est … le changement et c'est maintenant !!! Donc, ce texte, la loi Croissance et Activité est désormais acté. Il va partir au Sénat désormais, puis reviendra dans l'Hémicycle, … et nous verrons ! Emmanuel Macron avait bien travaillé pour que le gouvernement soit à la hauteur des attentes des français.

Certains parmi mes petits camarades ont tenté un coup. Dont acte: ils ont joué leur nom, ils se sont bâti une posture, ils ont voulu forcé le chemin construit par un gouvernement socialiste et par 250 députés de leur propre sensibilité politique, Socialistes-Républicains-Citoyens. Ils se sont retrouvé à une petite quarantaine, suffisamment pour rendre les choses incertaines. Le titre de "frondeurs" dont ils se prévalent leur donne la part belle, celle d'une avant-garde qui éclairerait le bas-peuple. Je pense au contraire qu'ils sont une arrière-garde qui tente de se nourrir sur la bête, à moindre frais. Eh bien, c'est raté.

Je ne crois pas à leur avenir. Je crois que la gauche est faite pour changer les choses, pour changer l'avenir. Elle ne peut le faire que si elle gouverne, si elle prend le risque de gouverner. Etre élue pour ne rien changer, pour ne pas prendre le risque de changer ? Non merci. Je ne veux pas d'un pays, d'un club de gens qui campent sur des postures pour que rien ne change, surtout pas leur situation. Je salue le gouvernement qui a eu le courage d'aller jusqu'au bout et d'assumer son texte. D'assumer notre texte

 

 

 

Anne Yvonne Le Dain

Commentaires

Faut lui dire a cette dame de continuer avec Valls dans quatre matins ils vont se retrouver à 5 % comme en Grèce, cela leur pends au nez.
Exclons excluons il en restera toujours quelque chose......

Écrit par : moi | mercredi, 18 février 2015

Les commentaires sont fermés.