Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 27 décembre 2014

Lueur d'espoir

C'est un fragile espoir. Un peu de lumière au bout du tunnel dans lequel la France s'est enfoncée depuis six ans. Juste avant les vacances, l'Insee a publié quelques prévisions qui invitent à l'optimisme. Comme un cadeau de fin d'année sous le sapin des Français. Ce n'est pas encore l'éclaircie, à peine une embellie, estiment les experts. Mais tout de même, au moment où les uns et les autres ont le sentiment que le pays se bloque et se braque, ces petits signes sont encourageants.

Que disent les conjoncturistes ? D'abord, que le pire n'est pas certain, ce qui en soi est déjà rassurant : le spectre de la déflation, cette maladie qui a laissé le Japon exsangue pendant dix ans, ne devrait pas se matérialiser.

Plusieurs signaux ensuite permettent d'envisager une amélioration de la situation : la chute des prix du pétrole qui déstabilise la planète, mais allège la facture énergétique des ménages comme des entreprises; la baisse de l'euro qui rend nos exportations plus compétitives au moment où la demande mondiale reste vive, aux Etats-Unis notamment; l'effet des réformes engagées enfin, qui devrait monter en puissance l'an prochain et alléger le coût du travail. De quoi redonner le moral aux chefs d'entreprise et aux Français, dont le pouvoir d'achat, relève l'Insee, devrait progresser un peu après avoir stagné depuis plus d'un an. Alléluia ? Il est trop tôt, bien sûr. Et on a déjà écrit ici combien le pouvoir aurait tort de se réjouir trop vite d'une amélioration dont il ne maîtrise ni les tenants ni les aboutissants. On ne rappellera pas non plus combien de fois il est arrivé aux prévisionnistes de se tromper. Mais surtout, c'est sur le front de l'emploi que la bataille s'annonce plus longue. Car la France, qui continue de détruire des jobs et accueille chaque année une génération supplémentaire sur le marché du travail, ne sortira pas de la spirale du chômageimmédiatement.

Alors que faut-il souhaiter à un pays qui se cherche et qui doute ? De ne plus revivre ou revoir à coup sûr ce qui nous a indignés, déçus ou consternés cette année. Car chaque crise économique, on le sait bien, charrie des réactions de repli ou de rejet. Cela commence par les premières victimes de la crise elle-même, les chômeurs, qu'on soupçonne de se complaire dans l'inactivité. Puis viennent les étrangers, traditionnels boucs émissaires, qu'on accuse de voler le travail des Français. Les fonctionnaires aussi, au prétexte qu'ils vivraient aux crochets des honnêtes travailleurs. On connaît la suite...

Formons le voeu qu'en 2015, ces clichés mille fois rebattus finiront par s'évanouir sous le soleil de la reprise annoncée par l'Insee

Matthieu Croissandeau

Commentaires

Cela dépends vous le prenez comme journaliste ou comme prévisionniste.
Il faut arréter de parler pour ne rien dire, le prix du pétrole est simplement spéculatif et risque de remonter brusquement.
Sur l' Euro ne révez pas non plus cette monnaie c'est notre tombe.
Quand aux chomeurs tout est fait pour en faire encore plus, ce gouvernement vend tout a la découpe. (ordre de Bruxelles).
Vous voyez le tableau est beaucoup moins idyllique !!!!!! (M, Croissandeau).

Écrit par : moi | samedi, 27 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.