Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 12 novembre 2014

Quand l'acteur achève le politique

« Monsieur et Madame Tout le Monde ». A lire Le Parisien qui consacre deux pleines pages au projet dans son édition du 28 octobre, le titre définitif n'est pas encore trouvé. Mais l'idée est bien là. La chaine D8, propriété du groupe Canal+, veut diffuser dans les prochaines semaines une émission de téléréalité politique dans laquelle des élus, grimés en M. ou Mme« Tout le Monde », se fondront dans la masse.

>> Lire aussi : Faut-il déguiser les politiques pour qu'ils vivent la "vraie" vie ?

Il ou elle sera perruqué(e) et déguisé(e) pour devenir, incognito, handicapé, brancardier, enseignant, mère en détresse pendant toute une journée. Mais il ou elle ne sera finalement pas si incognito que cela puisque des caméras seront là pour le filmer. Terrible mélange des genres qui pose cette question grave : qu'est ce qu'un élu, dans un pays qui croit de moins en moins en la politique ?

Une candidate, Michèle Alliot-Marie, s'est finalement rétractée parce qu'elle entend que « la fonction soit respectée ». Celle qui fut ministre UMP de la défense et de l'intérieur reconnaît cependant avoir tourné un bout d'essai. D'autres élus de gauche et de droite se sont laissés séduire, tels Bernard Accoyer, l'ancien président de l'Assemblée nationale, Thierry Mariani, l'ancien ministre UMP des transports, Samia Ghali, actuelle sénatrice socialiste ou encore Julien Dray,  conseiller régional socialiste.

« On comprend mieux pourquoi les services d'urgence sont engorgés », plaide Bernard Accoyer qui, méconnaissable derrière une moustache grisonnante, a joué le brancardier. Comme si lui, l'ancien médecin ORL avait besoin de cette expérience pour connaître l'état des urgences !

L'explication est trop faible pour être convaincante. Alors qu'est ce qui est en jeu ? Lutter contre la tentation populiste ? Réduire le fossé qui s'est creusé entre l'élu et le peuple ? Prouver par le mime que le représentant de la nation n'est pas devenu ce cumulard gavé, cynique, indifférent dont les sondages mettent en évidence l'impopularité croissante ? Bonne intention mais terrible méprise car l'élu ne peut pas être M. ou Mme Tout le Monde. Le suffrage universel l'a transcendé, il a fait de lui une parcelle de l'intérêt général. A lui de prouver ce qu'est l'intérêt général plutôt que de singer « la vraie vie ».

Reste la performance d'acteur, celle qui flatte l'égo, fait le spectacle, garantit l'audience. On entend déjà les houras qui salueront le convaincant M. ou Mme Tout le monde et les sifflets qui accueilleront le (la) plus mauvais(e) et là, franchement, on aura touché le fond car l'acteur aura accompli son œuvre : il aura achevé de tuer le politique.

Françoise Fressoz

Les commentaires sont fermés.