Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 03 novembre 2014

Cantonales Béziers: ça avance lentement

cantons.PNG

Les élections départementales se profilent à Béziers comme ailleurs. Où en est-on sur les cantons biterrois ? Quelles sont les chances de la gauche ? Quid des investitures au PS ?

Le nouveau canton Béziers 1 reprend l'ex Béziers 4 sauf Sauvian + Lespignan et Nissan. C'est le seul canton où nous avons un sortant (Jean-Michel Du Plaa). Coté communes, Béziers est évidemment à l'extrême droite, Sérignan et Valras sont à droite, Vendres est communiste (si,si, il en reste...), Lespignan est divers gauche (premier adjoint au PS) et le maire de Nissan est radical de gauche. Un beau condensé de la gauche plurielle...En 2011, Du Plaa avait sauvé son siège de 170 voix au deuxième tour face au FN. La droite républicaine s'était auto éliminée en partant divisée au premier tour entre un candidat UMP (11%) et un divers droite (17%) et n'avait pas pu se maintenir. Du Plaa avait alors bénéficié d'un gros report de voix passant de 2758 voix au premier tour à 6029 voix au second tour. La seule chance de victoire pour la gauche c'est la répétition de ce scénario : terminer second et se retrouver face au FN en espérant bénéficier à nouveau d'un sursaut républicain. Le hic c'est que le comportement de Jean-Michel Du Plaa (qui s'est maintenu aux municipales de Béziers alors que le FN était en tête) risque fort de se retourner contre lui. Si la gauche peut espérer conserver ce canton, le candidat sortant n'est pas le mieux plaçé pour rallier les suffrages de la droite modérée et du centre indispensables dans cette hypothèse.

Face à lui, Karine Chevalier se pose en possible challenger.

De toutes façons, la liste (binôme et suppléants) devra être représentative à la fois du territoire et des forces politiques afin de mobiliser les suffrages dès le premier tour . Pas simple !

A noter que ce n'est pas moins de 5 sections qui sont concernées par l'investiture : Béziers 3 et 4, Sérignan, Vendres et Nissan.

 

Le canton Béziers 2 reprend les bureaux du centre ville (ex béziers 1), les bureaux biterrois de l'ex canton 3 + Lignan et Corneilhan. Lignan est divers gauche, Corneilhan divers droite, mais leur poids électoral est très faible, ce canton étant surtout biterrois. C'est un fief de droite et les chances de victoire sont très faibles. A droite, Suère, le maire de Corneilhan devrait se présenter en binôme avec une UDI. Mais la conseillère régionale UMP Fatima Allaoui a jeté un pavé dans la mare en se déclarant candidate quoi qu'il en soit. L'extrême droite est bien sur à l'affût : une division à droite ferait le bonheur d'une candidature estampillé Ménard.

 

A gauche, une candidature d'Antonio Fulleda est possible s'il est réintégré. Nicolas Anoto souhaite également y aller mais ne dispose pas de troupes sur ce canton partagé entre Béziers 1 et Béziers 3.

Un ticket issu de ces deux sections serait forcément gagnant à l'investiture. Pour le reste...

Le canton Béziers 3 reprend l'ex canton Béziers 2 sauf Portiragnes + Servian, Espondeilhan et Sauvian. Coté communes c'est très simple : à l'exception d'Espondeilhan, toutes les communes sont classées divers droite. Ce canton avait été détenu par la gauche avec Eliane Bauduin mais perdu en 2008 par Claude Zemmour. L'actuel conseiller général Gérard Gauthier avait laissé entendre qu'il ne se représenterait pas, mais rien n'est moins sur...Naviguant entre droite et extrême droite, il pourrait bien recevoir le soutien de Ménard. Il est concurrencé par Gely, le maire de Lieuran, proche également de Ménard. Bref, à droite, on nage en eaux troubles, ce qui laisse une chance à la gauche qui pourrait bien bénéficier des divisions. Mais qui ? Claude Zemmour a sillonné ce canton de long en large et pourrait être tenté de relever le challenge : reprendre ce canton à la droite. Auréolé de son titre de vice président de la région, il a de solides arguments à faire valoir. Reste à savoir s'il souhaite toujours y aller.

 

Des élections donc très difficiles dans des cantons où droite et surtout extrême droite depuis la victoire de Ménard sont en position de force. Le maire de Béziers ne cache d'ailleurs pas son intention de soutenir des candidats sur chaque canton. La situation de la droite républicaine est conflictuelle depuis la défaite des municipales, tout autant que celle du PS suite au controversé maintien de l'entre deux tours. Etant donné le très faible taux de participation attendu et la barre des 12,5% des inscrits, il est impératif de terminer dans les deux premiers et d'espérer ensuite rallier des voix de la droite modérée pour coiffer les candidats du maire de Béziers. A suivre.

Les commentaires sont fermés.