Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 30 octobre 2014

Mots creux , expressions usées jusq'à la corde: quel politique fait aujourd'hui dresser l'oreille?

Je râle un tantinet de lire dans le Monde en date du 19-20 octobre un article sur un sujet souvent évoqué dans ce blog : la dévitalisation du discours politique.Si tous se rallient aujourd’hui à ce constat, c’est que cette réalité est devenue  criante (si l’on peut dire) et qu’elle participe du désintérêt du public, quand ce n’est pas davantage, sur tout ce que peuvent dire les politiciens TTC (TTC = Toutes Tendances Confondues).

Mots creux, soit trop jargonnants, soit vidés de leur sens par trop d’usage, expressions usées jusqu’à la corde, les interviews se succèdent, 80% d’entre eux ne laissent aucun souvenir, ne dégagent aucune idée-force et moins encore de raisonnement intelligible. Faites le test : après avoir fermé le poste, essayez de retrouver les propos décisifs, les phrases qui vous ont marqué, ce que vous avez envie de conserver pour nourrir votre pensée : le butin est généralement maigre.

On est pour cela d’autant plus surpris quand une phrase, une expression, soit par sa rudesse, soit par sa nouveauté, soit même par le ton sur lequel elle est prononcée fait lever les oreilles. Ségolène Royal, lors de la campagne de 2007 avait réussi ce rajeunissement de l’expression politique. Elle fut la première à parler des « petites retraites » et ces deux mots, si communs, si souvent employés par ceux qui les touchent, montraient qu’elle savait ce que percevoir très peu, à l’issue d’une vie de travail, signifiait de privation et même d’humiliation.

Dans cette tentative et cette ambition de faire de nouveau aimer la politique, il y a aussi cela : parler de manière à être entendue pour pouvoir être écouté, compris, approuvé, suivi.

L’affaire est toujours loin du sac..

Michèle Delaunay

Les commentaires sont fermés.