Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 06 octobre 2014

Pour une politique familale moderne

 

 

Depuis 2012, le Gouvernement et la majorité, assumant leurs responsabilités, ont pris à bras-le-corps les questions de la dette et des déficits publics tout en préservant les principes fondateurs de notre politique familiale. Rendre plus juste et équitable notre modèle de protection sociale, en corrigeant les inégalités accumulées au fil du temps, constitue un enjeu majeur.

Sans remettre en cause l’universalité des prestations familiales, il était nécessaire de soutenir les familles qui en ont le plus besoin. Tout le sens de notre action s’illustre ici: mieux cibler les aides aux familles pour les rendre plus équitables.

Cette volonté politique s’est traduite par des mesures concrètes prises, depuis mai 2012, en faveur des familles comme la revalorisation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire qui a bénéficié à 3 millions de familles, le relèvement du plafond de ressources de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) au 1er juillet 2013 qui a permis dès 2014, à 306 000 bénéficiaires supplémentaires de la CMU-C et 244 000 bénéficiaires supplémentaires de l’ACS d’y avoir droit, la revalorisation exceptionnelle du RSA de 2% en septembre de chaque année qui permet à 2,2 millions de ménages d’en être attributaires.

Mais une politique familiale moderne ne se résume pas seulement aux efforts d’équité, elle s’appuie notamment sur des postes d’enseignants supplémentaires dans les classes, l’ouverture de crèches, des aides pour les emplois familiaux, le maintien du niveau des allocations familiales, dont celle de rentrée scolaire.

Pour autant, la baisse de la prime à la naissance pour le 2ème enfant ne va pas remettre en cause la natalité en France, sauf à penser que l'ont fait des enfants pour des primes.

En ce qui concerne le congé parental, la durée sera toujours la même mais les 3 ans seront partagés entre père et mère. Où est le problème ? Une femme doit-elle seulement être consignée au foyer ?

Pascal Terrasse

Les commentaires sont fermés.