Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 05 octobre 2014

Les fausses facturations de la campagne Sarkozy


"Je ne vous ai pas menti" s'exclame Nicolas Sarkozy devant des supporteurs. Il tient un meeting, un de plus, à Saint-Julien-les-Villas près de Troyes, jeudi 2 octobre. Sur l'estrade, Sarkozy joue un numéro. Involontairement, il prend l'intonation d'un Raymond Devos, le talent en moins.

Qui paye ? Toujours l'association des amis, cette petite machine à cash créée à l'été 2012. Sarkozy enchaîne les meetings, les factures s'accumulent. On espère que l'Association a les poches profondes.

Sarkozy croyait être attendu comme le Sauveur-rassembleur. En quelques jours, il s'est aliéné une plus large fraction de la droite.

Il est directement attaqué sur l'affaire Bygmalion. Il y a d'abord l'un des dirigeants de Bygmalion, mis en examen cette semaine avec deux autres, pour fausse facturation. Il y a aussi François Fillon, son ancien premier collaborateur et désormais rival pour 2017, qui lâche publiquement avoir "souvent entendu parler de Bygmalion". Sarkozy s'entête à nier qu'il était au courant. "J’ai appris le nom de Bygmalion longtemps après la présidentielle" avait-il dit le 21 septembre.

Plus c'est gros...

 En meeting, Sarkozy peine. Jeudi soir, il réfute toute idéologie mais fustige les "socialisssses".  Il déteste "la lutte des classes et des castes" mais veut "désideologiser" l'impôt sur la Fortune. Le vide de mots l'emporte sur le choc des photos. Sarkozy n'a pas changé.

Alain Juppé aussi est en campagne. Il rend coup pour coup. Et cela lui profite. Un sondage le crédite d'une cote largement supérieure à celle de l'ancien monarque. Jacques Chirac est sorti d'outre-tombe pour confier son soutien. Jeudi soir, sa prestation télévisée en prime time sur France 2 éclipse le meeting ombrageux de l'ancien monarque.


Au Sénat, son candidat est sévèrement défait par le protégé de Fillon, Gérard Larcher, pour prendre la présidence. 

Le retour de Sarko n'est pas si facile. On dirait qu'il n'a pas bossé ses dossiers, ni compris le pays, ni appris de ses erreurs personnelles.

Critiqué pour son absence d'idées lors de ses premières 45 minutes de télévision voici deux semaines, Sarkozy décoche, à la va-vite, son programme dans les colonnes du Figaro-Magazine. Ses conseillers en communication ont-ils enfin compris qu'il fallait des idées et pas seulement des postures ? Sur le fond, rien de nouveau. Sarkozy ressasse de vieilles propositions - tantôt de sa campagne de 2007, tantôt de celle de 2012, mais jamais une seule idée qu'il aurait réussi à mettre en oeuvre en une décennie de pouvoir au sommet. 

Blog Sarkofrance

Les commentaires sont fermés.