Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 01 septembre 2014

Manuel #Valls, le chef sachant cheffer

 

 

manuel-valls-lors-de-son-discours-a-l-universite-d-ete-du-parti-a-la-rochelle-photo-afp-jean-pierre-mullerL'adversité ne fait pas peur à Manuel Valls, elle le porte. «J'assume !» »s'exclame- t –il en pleine tempête . Il aime le mot, il le répète il l’assène !. «Valls c'est Bonaparte» lâche un socialiste après son discours , dimanche à la Rochelle . «Un Bonaparte sans troupes» nuance un autre. Lui ne pavoise pas :« ce discours ne sera pas suffisant» mais il ne fait pas non plus le modeste. « c'est un moment très important qui clôt une semaine cohérente. »

Le premier ministre risquait de sortir  en charpie de l'université d'été socialiste. l  a maté la rébellion. il s'est situé au dessus de la mêlée. Il a fait le chef . Il a marqué un point .

Plus ça tangue, plus il incarne. C'est sa force . Il a compris que la crise appelle l'incarnation . Les socialistes lui tombent dessus mais aux yeux des français, il est l’homme debout, celui qui proclame cet « immense honneur » qui lui est donné de «gouverner la France ». Et c’est sur cette fierté qu’il joue pour recadrer les troupes rebelles : « maitrise de soi » dit- il les français nous regardent »

Valls campe le capitaine dans la tempête, celui qui affronte, celui qui sait où il va au moment précis où Nicolas Sarkozy s'apprête à ressurgir en jouant la carte du recours. Bien calculé :l’'ex trouvera à qui parler. C'est le message subliminal.

Valls /Sarkozy : deux camps, deux hommes mais dont on a souvent rapproché le tempérament et la façon de faire de la politique : même propension à se coltiner le réel, à s'affirmer dans l'exercice du pouvoir . Même goût pour l'ordre et l'autorité, même références appuyées à Clémenceau. Même capacité à transgresser puis à recoller à la meute pour faire bouger les lignes.

C'est ce qu'a fait le premier ministre à la Rochelle au terme de cette folle semaine où tout, à gauche  a failli imploser sur un coup de menton : il a sévi puis il a tendu la main , il a limogé puis il a pansé les plaies : un mot aimable pour Arnaud Montebourg , un autre pour Benoit Hamon , une caresse à l’indocile Christiane Taubira et un « je vous aime »lancé à tous les socialistes. Fin du psychodrame.

Rien n’est  réglé mais une autorité s' est affirmée sans que le procès en déloyauté puisse être intenté car ce qu’a décliné Valls dimanche c’est du Hollande, rien que du Hollande mais du Hollande avec les mots et l’énergie de Valls et cela change tout.

Curieuse transfiguration ! Le premier ministre prête son visage au président dévitalisé. Par delà l’impasse économique, il tente de recréer le mouvement, reprend le fil de la campagne présidentielle, s’adresse à « la jeunesse qui n’est pas un problème pour la France mais une chance » C’est le même projet mais avec une musique différente, plus martiale, plus nationale aussi . Un hymne pour patrie en danger .

Amour de la nation, " refus du repli", "fierté de servir la France", "fierté de rendre à mon pays ce qu’il m’a donné ." Valls fait du Valls , sans complexe ,avec l'accord du président; Cela fait longtemps qu’il a pris la mesure de la crise identitaire. Dans ce dangereux moment souverainiste que traverse la France , il ne cédera rien . « Drapeau, devise, hymne, fête nationale », il promet de disputer à Marine Le Pen chaque attribut républicain . Lui le catalan naturalisé français annonce qu’il mettra toutes ses tripes dans la bataille . On le croit car son combat vient de loin .

La crise sert Manuel Valls. Plus elle s’aggrave, plus sa stature patriotique et républicaine se renforce . Plus la gauche l’accuse d’être « social libéral », plus il joue la posture rassembleuse du sursaut national. Cela ne tient pas seulement à son tempérament . Cela marque une nécessité vitale pour le quinquennat : vaincre l’enlisement, faire aboutir le pacte de responsabilité qui a bien failli faire exploser le parti socialiste sans redresser le pays.

 

 

 Françoise Fressoz

Les commentaires sont fermés.