Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 11 avril 2014

Alain Caralp, premier des Domitiens

alain-caralp-attentif-a-un-depouillement-sans-suspense-il_860639_510x255.jpg

Le maire de Colombiers a été reconduit président par 34 voix sur 36 votants. 

Michel Bozzarelli pouvait avoir le sourire. Celui qui apparaissait comme l’indéboulonnable président de la Domitienne, cette communauté de communes forte de huit villes et villages* et 26 000 âmes, a réussi son coup. En transmettant le flambeau à la surprise générale et dans un certain tumulte à Alain Caralp en juin 2013, à neuf mois de la fin de son mandat, il a permis à celui-ci de se faire élire, mercredi soir, dans un contexte beaucoup plus apaisé.

Le nouveau maire de Colombiers a été réinstallé dans le fauteuil de président avec 34 voix... sur 36 votants. Un rare plébiscite. "Nous avons profité de ces neuf mois pour poser les bases d’un travail serein. Aujourd’hui, vous m’accordez une large confiance et c’est celle-ci qui va me donner le courage de faire avancer les nombreux projets", a dit ému, Alain Caralp, sitôt élu par l’assemblée.

Baisse du nombre des conseillers

Celle-ci va devoir apprendre à travailler autrement. La nouvelle loi régissant les intercommunalités a en effet imposé une baisse du nombre de conseillers. Passant de 57 à 36, ceux-ci seront répartis dans sept commissions, chacune présidée par l’un des maires du territoire : développement territorial (Serge Pesce - Maraussan) ; protection et mise en valeur de l’environnement (Philippe Vidal - Cazouls) ; culture, patrimoine, association (Alain Castan - Montady) ; emploi, service à la personne, insertion (Pierre Cros - Nissan) ; logement et cadre de vie (Christian Seguy - Maureilhan) ; finances et ressources (Jean-François Guibbert - Lespignan) ; développement touristique et gestion du port (Jean-Pierre Perez - Vendres). Autant de compétences majeures pour ce territoire, “coincé” entre deux aires urbaines, celles de Béziers et de Narbonne.

"C’était une idée incroyable de réunir il y a vingt ans, cinq puis huit villages. Pourtant, aujourd’hui, la notion de “Domitien” a une vraie signification", s’est réjoui Alain Caralp. Et d’évoquer à demi-mot, la situation biterroise qui écarte tout projet de fusion. "À toute chose, malheur est bon", soupire-t-il. La Domitienne vivra encore six ans au moins.

 
ALAIN CARALP : "EMPLOI, LOGEMENT, FISCALITÉ"

 

Sitôt élu, vous avez affirmé l’indépendance de la Domitienne alors que l’on évoquait, il y a peu, un rapprochement vers Béziers...
Ce n’était pas d’actualité et cela l’est d’autant moins. On ne vit pas en autarcie et nous avons besoin d’un Béziers fort nous aussi. J’espère d’ailleurs que nous allons pouvoir poursuivre des dossiers importants comme l’opération Grand site. Mais si le maire porte vraiment les valeurs du FN, nous aurons du mal à travailler avec lui. Attendons de voir ce qui se passe à l’Agglo de Béziers. Nous avons de toute façon du travail...


Quelles sont vos priorités ?
Inévitablement, l’emploi, afin de lutter contre le chômage. Il y a pour cela
le Parc régional d’activité économique, l’agrandissement de la zone commerciale à Colombiers, un projet de zone artisanale à Cazouls, Via Europa qui va se terminer. Le tourisme aussi sera un vecteur fort d’emploi, nous allons mettre en place un office de tourisme intercommunal.
Autre priorité, le logement, notamment social. Et puis, la fiscalité. Nous n’augmenterons pas les taux !


La loi vous a imposé de réduire le nombre de conseillers.
Qu’est-ce que cela change ?

Nous avons déterminé sept commissions, chacune étant sous la coupe de l’un des vice-présidents, avec des compétences élargies. Ce sont des pôles forts sur lesquels nous allons concentrer nos efforts.


Il semble y avoir une parfaite harmonie parmi les élus...
Nous avons profité des neuf derniers mois pour lancer les bases du travail
de ce mandat, par le biais de séminaires. Alors certes, il y a parfois des désaccords entre élus de caractère. Mais nous sommes tous d’accord sur le cap que nous avons fixé. Et vu ce qui attend les communes avec les baisses des aides de l’État, il est préférable d’afficher cette solidarité.

Les commentaires sont fermés.