Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 20 mars 2014

Les racailles d'Etat

"Les infos de Mediapart révèlent une 'racaille d’État' et un avocat, professeur de petite vertu. Scandale inédit qui souille la République". C’est par ce tweet que Richard Ferrand, député socialiste du Finistère, a réagi aux dernières révélations des extraits des écoutes judiciaires de Nicolas Sarkozy. Il estime que le comportement de l’ex-président contribue à l’affaiblissement des institutions républicaines.

 

"Le contenu des extraits des écoutes judiciaires révélées par Mediapart est tragique. Tragique pour notre pays, tragique pour notre République et les principes sur lesquels elle est construite.

 

Ces extraits montrent en effet assez clairement qu’un ancien chef d’État, en l’occurrence Nicolas Sarkozy, tente de contourner les règles républicaines et démocratiques les plus fondamentales.

 

Un mépris violent et injurieux pour l’institution judiciaire 

 

Il ressort des écoutes en question que cet ancien président de la République ne fait pas confiance à la justice de son pays, ou, a minima, qu'il est prêt à tout pour ne pas répondre aux exigences de la justice, comme pour empêcher la révélation de vérités. C’est triste et même bouleversant.

 

La réaction que j’ai postée sur Twitter a interpellé de nombreux médias. Certains y ont vu une attaquead hominem violente contre Nicolas Sarkozy. Ce tweet, je l’assume pleinement, je ne le renie évidemment pas, mais j’en rejette la manière dont il a été "rétréci" par certains médias.

 

Car ce que je nomme "racaille d’État", ce n’est pas à proprement parler Nicolas Sarkozy mais, plus généralement, cette "organisation", cette "clique", cette "bande" qui agit autour de lui, en lutte permanente contre les démarches de la justice, comme pour lui rendre son travail toujours plus difficile.

 

Ce contre quoi je m’élève aujourd’hui, c’est le mépris violent et injurieux pour l’institution judiciaire qui transparaît à travers ces écoutes, de la part de l'ancien chef de l’État comme de son avocat. Je ne préjuge pas de l’issue des enquêtes. Je ne fais que m’insurger contre des méthodes avérées de "racaille" et dont l’objectif est de se placer en dehors des règles communes de la société.

 

Une atteinte contre les principes républicains

 

Le contenu de ces extraits me choque profondément car ils témoignent d’une atteinte réelle envers la République. Une atteinte d’autant plus choquante que c’est un ancien président de la République, ses proches et ses relations qui en sont à l’origine.

 

Justement parce que notre pays est confronté à une crise économique et sociale et que nombre de nos concitoyens en souffrance doutent que nos institutions doivent être plus solides que jamais. Or, avec le comportement qui est le leur, Nicolas Sarkozy et son entourage contribuent directement à leur affaiblissement en véhiculant l’image de puissants s’affranchissant des lois.

 

Ce qui est le plus bouleversant dans cette affaire, c’est que cet ancien président de la République puisse encore s’imaginer revenir en politique aujourd’hui, preuve ultime d’une confusion réelle entre ses désirs et les besoins de la France.

 

Lionel Jospin rappelait récemment dans les colonnes du "Journal du Dimanche" qu’en République, "on doit trouver la grandeur dans l’exemplarité". C'est ici de l'inverse dont il est hélas question, à quelques heures d'un scrutin où plusieurs centaines de milliers de concitoyens, de toutes sensibilités, se proposent d'exercer généreusement des responsabilités locales au service du bien public."

 

 

Propos recueillis par Sébastien Billard

 

 

Les commentaires sont fermés.