Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 17 mars 2014

Lettre ouverte à Martine Monteil

 

Madame la Préfète,

J’ai écouté avec effarement vos déclarations mercredi 12 mars dernier sur l’antenne d’I-Télé.

Vous estimiez « tout à fait invraisemblable » que le ministre de l’Intérieur n’ait pas été tenu informé des informations dont disposaient des officiers de police judiciaire travaillant sur les écoutes de Nicolas Sarkozy. Vous jugiez même cette situation parfaitement « incongrue ».

Comme vous avez assumé la direction centrale de la police judiciaire du 4 novembre 2004 au 28 juillet 2008, je suis conduit d’en déduire que, sous votre responsabilité, les ministres Dominique de Villepin, Nicolas Sarkozy et Michèle Alliot Marie ont, pour leur part, été pleinement informés des dossiers sensibles traités par vos subordonnés.

Si tel a été le cas, vous avez donc délibérément et à de multiples reprises piétiné l’article 11 du code de procédure pénale qui prévoit que les officiers de la police judiciaire, lorsqu’ils sont mandatés par un juge d’instruction, sont tenus au plus absolu secret de l’instruction.

Je me permets de vous rappeler que la violation de ce secret est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende selon l’article 226-13 du code pénal.

Je veux donc espérer que vous apporterez rapidement un rectificatif à vos déclarations, en dépit de vos inclinations politiques bien connues. Il me souvient en effet, que, lors du centenaire de la PJ, le 1er février 2007, vous aviez pris la liberté de vous émanciper du devoir de neutralité incombant aux fonctionnaires, n’hésitant pas à souhaiter publiquement, en sa présence, que le « courage et l’énergie » de Nicolas Sarkozy soient bientôt placés « au service de la France » et formant le vœu que l’élection présidentielle constitue pour lui un « grand succès ».

Dans l’attente de vous lire avec intérêt,

Je vous prie de croire, madame la préfète, à l’expression de mes salutations distinguées

Jean Jacques Urvoas

Commentaires

Mais arretez de raconter des bétises, appelez un chat un chat ils étaient tous au courant mais pas alternatif tous le reste n'est qu'hypocrisie. Un enfant de 2 ans le comprendrai.
A part mentir je ne voit pas ce qu'ils font d'autre.
Message je l'espère cette fois mis en publication. Merci.

Écrit par : MOI | lundi, 17 mars 2014

Les commentaires sont fermés.