Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 16 février 2014

Le retour des anti Lumières

Sans survaloriser leurs importance, traiter de ces manifestations dans leur seule traduction politique serait passer à coté d'une dimension majeure de l'évolution entre ces deux moments du mouvement qui agite, qui secoue notre société, la montée de la remise en cause de ce que l'on pouvait considérer comme un acquis : les apports de la philosophie du Siècle des "Lumières". 

Sous le vocable de "sociétal" les médias nous présentent ce qui serait une opposition : les questions sociétales d'une part qui ne seraient que secondes et d'autre part, les questions sérieuses, c'est-à-dire l'économie, le chomage, l'emploi qui seraient..., elles, prioritaires. Rien n'est moins certain !

Dans une chronique sur France Culture dont vous jugerez de la pertinence, Edwy Plénel évoque le caractère fondamental du débat entre les tenants de la Manif pour tous et ceux du Mariage pour tous et de la loi sur la famille.

Au coeur de l'affrontement, le mouvement d'émancipation pour l'Egalité face à la revendication du retour à ordre social ancien, "naturel" au sens religieux du terme, l'esprit des "Lumières" (voir l'article de Valéry Rasplus) ou la "loi naturelle"...La lutte contre la loi Taubira, vecteur de rassemblement.

Le changement de leader à la tête du "mouvement" de la réaction à l'évolution, semble montrer qu'après le succès des mobilisations contre la loi Taubira, il est probablement apparu nécessaire de façonner une représentation plus emblématique, moins sulfureusement exotique que celle qu'en donnait Frigide Barjot. "Artiste" aux réussites mitigées et aux inspirations plutôt hétérodoxes avec la morale catholique, elle avait  su néanmoins se rapprocher du Vatican en prenant la défense du Pape Benoit XVI avec son "touche pas à mon Pape" puis en créant le "Benoithon" !

La hiérarchie catholique française, en perte de vitesse à l'époque, avait probablement dù penser qu'il valait mieux, quitte à jeter un voile pudique sur ses activités "artistiques", s'en remettre à elle pour dynamiser une mobilisation contre le projet de loi Taubira dite du Mariage pour tous qui lui apparaissait comme le mal absolu ! Et force est de reconnaître que bien lui en a pris.

Elle a néanmoins été virée du collectif au profit d'une fondamentaliste plus rassurante sur la solidité de ses orientations idéologiques.

 

maxresdefault (2) Ludovine Dutheil de la Rochèreludovine afp née Ludovine Mégret d'Etigny de Sérilly, dite Ludovine de la Rochère devient donc présidente de la Manif pour tous et promet, lors de son discours des Invalides, que le mouvement ne s'arrêterait pas là ! Elle annonce alors une 2° saison. Nous y sommes.

Une opportunité pour structurer un mouvement anti-Lumières.

Ludovine de la Rochère, plus politique, expérimentée dans la communication "institutionnelle", va mettre sa solide conviction traditionaliste au service de ce mouvement. Elle va probablement incarner l'opposition à toute évolution hors du cadre de la morale catholique traditionnelle, générée par le décalogue.

Elle a l'intelligence politique de choisir le débat sur les réformes sociétales pour enfoncer le coing avec la majorité et le gouvernement sur un vrai débat de fond. Comment ne pas voir qu'il s'agit là d'un défi sur l'essentiel de nos valeurs : la suprématie de la Raison sur la croyance, de la réflexion sur la vérité révélée, de la loi sur la foi !

(.....)

Le risque de rupture du consensus sur les valeurs.

L'illisibilité de l'action du pouvoir, ses grandes difficultés à expliquer simplement son orientation, la multiplication de ses renoncements, favorisent la montée d'une opposition qui peine à se structurer. D'autant que la faiblesse de la droite républicaine et dans certains cas, sa complicité, marque l'ampleur de la crise des valeurs et libère les énergies qui voient là une opportunité pour dénoncer le modèle républicain.

Ce n'est pas une question de majorité ou d'opposition à telle ou telle politique, ce qui est en jeu, c'est le legs des Lumières. La crise dans laquelle nous sommes entrés est une crise de confiance dans les valeurs qui en sont issues. Elles généraient un consensus qui assurait la cohésion de la société. Ce consensus est de moins en moins lisible aujourd'hui, ce qui favorise la rupture des digues. 

 Il est plus que temps que les républicains se réveillent, prennent la mesure des évènements et réagissent...

 

Gérard Contremoulin

 

 

Commentaires

il y a t-il vraiment séparation entre Eglise et Etat ? il y a des fois, je me le demande

Écrit par : marianne | lundi, 17 février 2014

Les commentaires sont fermés.