Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 03 février 2014

Contre la rumeur, la raison

 

Par un étrange concours de circonstances, des délires fantasques sur la  « théorie du genre » ont pris leur envol le jour même où l’Assemblée nationale votait le projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes.

Cette loi fera progresser l’égalité réelle, qui n’est pas encore réalisée dans notre pays : les rémunérations des salariées demeurent inférieures de 25% en moyenne à celles de leurs collègues masculins, l’accès aux responsabilités reste pour toute femme un « parcours de la combattante », la parité en politique se heurte encore à des résistances masculines pour ne pas dire machistes.

Pour accompagner cette politique en faveur de l’égalité, l’éducation nationale est dans son rôle en expliquant aux enfants, sous forme d’un programme expérimental intitulé « l’ABCD de l’égalité », comment les stéréotypes entretiennent les inégalités entre les filles et les garçons. Il s’agit  de combattre le sexisme, les discriminations et les idées reçues : l’une des vocations de l’école n’est-elle pas de transmettre aux enfants les valeurs de la République ? N’est-ce pas aussi la préoccupation constante de tous les enseignants ?

Au travers d’une déformation mensongère, délirante, hystérique, de ce programme pédagogique,  a pris feu une de ces théories du complot que les réseaux sociaux peuvent générer. Une campagne a été lancée contre l’enseignement d’une prétendue « théorie du genre », dénonçant sa supposée généralisation auprès des enfants scolarisés, et conduisant certains parents crédules ou mal informés à déscolariser leurs enfants lundi dernier, particulièrement dans des quartiers sensibles.

Cette rumeur a été initiée et relayée par certains milieux d’extrême-droite, les mêmes qui défilaient dimanche dernier sous des slogans antisémites, homophobes, racistes et anti-républicains. Nous constatons malheureusementl’existence en France aujourd’hui d’une entreprise de déstabilisation de la démocratie, autour d’une nébuleuse de la haine qui regroupe antisémites, intégristes, négationnistes, anti-IVG, racistes et autres homophobes.

Au moment où le gouvernement et la majorité condamnent et combattent ces dérives, il serait opportun que la droite clarifie son discours. M. Copé a dans un premier temps assuré comprendre l’inquiétude des parents qui retiraient leurs enfants des établissements de la ville dont il est maire, avant de se rétracter lorsqu’il a découvert que des militants de l’antisémitisme étaient à la manœuvre. Pour autant, le président de l’UMP continue malgré tout à nager en eaux troubles et met en garde contre cette fameuse « théorie du genre » que voudrait selon lui promouvoir le ministère de l’éducation nationale : il fait un contre-sens. Il le sait parfaitement. Ce jeu est dangereux.

Bernard Roman

Les commentaires sont fermés.