Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 26 décembre 2013

Le projet économique de l’UMP prône la fin des 35 heures et la retraite à 65 ans

 

Le siège de l'UMP (AFP)

Le siège de l'UMP (AFP)

Un an après la guerre Copé-Fillon, les dirigeants de l'UMP se sont accordés mercredi 18 décembre sur les grandes lignes d'un programme économique, à la tonalité libérale. Pour apparaître comme une force d'alternance alors que l'exécutif est à la peine, le parti d'opposition a adopté, lors d'un séminaire, une série de« mesures d'urgence pour redresser la France », résumée dans un document de synthèse (voir ci-dessous).

>> Lire : L’UMP en quête de crédibilité pour 2017

Cette réunion de travail, qui réunissait le président de l'UMP, Jean-François Copé, les anciens premiers ministres François Fillon et Alain Juppé ainsi qu'une quinzaine d'ex-ministres, a débouché sur une vingtaine de grandes mesures dans les domaines de l'emploi, de la compétitivité et des finances publiques.

Le parti d'opposition préconise « la sortie définitive des 35 heures » : la durée du travail et le seuil de déclenchement des heures supplémentaires feraient l'objet de négociations « entreprise par entreprise » dans le privé et le public. Voilà une rupture avec le dispositif de défiscalisation des heures supplémentaires, mesure phrase du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Autres propositions : la dégressivité des allocations chômage, la création d'un seul contrat de travail, fusionnant le CDD et le CDI, ou la fin de « l’emploi à vie » systématique dans la fonction publique.

Cette ébauche de programme préconise une baisse de la dépense publique, qui serait ramenée à 50 % du PIB en cinq ans, au lieu de 56,4 % en 2012. L'UMP se fixe comme objectif de réaliser 130 milliards d'économies en cinq ans, qui iraient pour moitié à la baisse des impôts, pour l'autre au désendettement. En matière de fiscalité, l'UMP déclare vouloir « restaurer la confiance fiscale en assurant la non-rétroactivité et la stabilité dans le temps des mesures fiscales ». Sur les retraites, la droite entend « poursuivre l’allongement progressif de la durée de cotisation » et« repousser l’âge légal à 65 ans en 2023 comme dans la plupart des pays européens ».

Le rétablissement de la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux qui partent à la retraite et de la journée de carence dans la fonction publique figurent aussi parmi les propositions contenues dans ce document de synthèse.

Voir le document :

Les commentaires sont fermés.