Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 13 décembre 2013

Un peu de math.....pour comprendre les enjeux des listes européennes

 

 

En France, les députés européens sont élus à la proportionnelle : pour schématiser, 10% des voix donnent 10% des sièges.

 

Cependant, cette proportionnelle se déroule dans 8 circonscriptions géantes. Par exemple, la grande circonscription du Nord-Ouest inclut tout à la fois la Basse-Normandie, la Haute-Normandie, le Nord-Pas-de-Calais, et la Picardie ; 10 sièges d’élus y sont à pourvoir au dernier pointage de 2009. Ainsi, une liste de candidats qui atteint 10% des voix dans cette grande circonscription du Nord-Ouest aura, en bonne logique, 1 siège sur les 10.

 

Un jeu de probabilités

 

L’effet de seuil de l’élection est donc absolument monstrueux. La circonscription géante du Massif central-Centre a droit à 5 élus. Donc, une liste doit y faire 20% des voix pour avoir 1 siège, elle n’en aura toujours qu’un si elle fait 29%, et pour en avoir 2 elle doit faire 40%. Les deux grandes circonscriptions où l’effet de seuil est le moins fort, parce que davantage de sièges sont à pourvoir, sont le Sud-est et l’Ile-de-France : avec 13 sièges à pourvoir, il faut atteindre 7.7% des voix pour en avoir 1, et 15.4% pour en avoir 2.

 

Donc, sachant que l’UMP est pour l’instant donnée nationalement entre 19.7 et 24.3% des intentions de vote aux élections européennes [1] :

 

1. Si un candidat est tête de liste, il est assuré de devenir député européen quelle que soit la circonscription où il se présente. Le score minimal à faire est en effet, au pire, de 11%, par exemple dans la grande circonscription de l’Ouest où 9 sièges sont à pourvoir. 2 exceptions où obtenir le siège n’est pas assuré : Massif central-Centre, où il faut faire 20% puisqu’il n’y a que 5 sièges, et Outre-mer, où il n’y en a que 3 et où il faut donc faire 33% des voix.

 

2. Si un candidat est 2e de liste, il a de sérieuses chances d’obtenir un siège en étant sur la liste des candidats pour l’Ile-de-France, ou pour le Sud-est : dans les deux cas, le score minimal requis est de 15,4%. Le 2e de liste a encore des chances, mais plus incertaines, dans le Nord-ouest, le Sud-ouest, l’Ouest, et l’Est, car le score à atteindre est respectivement de 20, 20, 22.2 et 22.2%. Dans le Massif central-Centre, le 2e de liste et ses suivants font de la figuration, puisque le score minimal requis pour obtenir le siège est de 40%. C’est plus encore le cas en Outre-mer, où il faut faire 66%.

 

3. Le 3e de liste a des chances incertaines de décrocher un siège dans le Sud-est et l’Ile-de-France, où le score minimal requis est de 23.1%. Ailleurs, le 3e de liste et ses suivants font de la figuration : par exemple, il ne peut décrocher un siège dans l’Est qu’en faisant 33%, et dans le Massif central-Centre en faisant 60%.

 

Les commentaires sont fermés.