Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 05 décembre 2013

le PS ne veut pas courir mais est-il parti à point pour 2014 ?

 

Les primaires devaient créer une dynamique que le temps semble avoir dissipé.
Les primaires devaient créer une dynamique que le temps semble avoir dissipé. (PIERRE SALIBA)

 La question brûlait les lèvres des observateurs comme des militants  au lendemain de la victoire du candidat Du Plaa lors de la primaire citoyenne biterroise : quand la désormais tête de liste PS-écologistes allait-elle se mettre en campagne ?

Les critiques ont fusé au lendemain de la victoire du candidat Du Plaa lors de la primaire citoyenne biterroise. La question brûlait les lèvres des observateurs comme des militants : quand la désormais tête de liste PS-écologistes allait-elle se mettre en campagne ? Et le lendemain s’est étiré au point de devenir éternité aux yeux de certains.

Disparu des écrans de contrôle

Alors que le duo Aboud-Ménard se livrait une guerre larvée à coup d’inaugurations de locaux, de réunions sur la sécurité ou de présence tout azimut, le candidat PS avait disparu des écrans de contrôle. Disparu jusqu’à samedi dernier où, après de longues semaines de réflexion, il a réuni ses troupes dans son fief de sortieOuest et livré un programme de réunions à venir.

La pêche aux parrainages

Et la maison socialiste semble rassurée. Elle a surtout pu voir le pragmatisme sans faille d’un Jean-Michel Du Plaa qui a mis en place, avant toute chose, un groupe de travail sur les listes électorales. "On s’est rendu compte lors de la pêche aux parrainages pendant les primaires que beaucoup de personnes n’étaient pas inscrites sur les listes. Avant de les convaincre, il est surtout nécessaire qu’elles puissent voter. On doit donc rappeler au plus grand nombre comment s’inscrire sur les listes.", explique le socialiste.

Le cas Ménard

Une façon de combattre celle qu’il désigne comme son adversaire premier : l’abstention. C’était en tout cas son argumentaire pour faire oublier les résultats du sondage paru dans nos colonnes (14 novembre) et qui le donnait à 18 %, largement distancé par Aboud (36 %) et Ménard (35 %) au premier tour. Un écart qui ne semble pourtant pas inquiéter le leader socialiste : "Les résultats du sondage ? Je ne pensais pas être en tête alors que nous n’avions pas encore débuté notre campagne. Pour le coup, cela aurait été surprenant. On voit un déferlement de journalistes qui viennent s’intéresser au cas Ménard. Moi je sais que nous disposons encore de quatre mois, c’est long. Et comme les médias ont pour habitude de brûler ce qu’ils ont adoré... J’attends patiemment."

Arnaud Gauthier, Midi Libre

Trois candidats malheureux de la primaire

Dans ce discours, toujours teinté d’humour, l’offensive pointe son nez. Un signe d’entrée en campagne. Tout comme la sollicitation, tant attendue, des trois candidats malheureux de la primaire Callamand, Chevalier et Johannin. Ils ont remis des fiches de synthèse de leurs propositions et animeront des groupes de réflexion. La maison socialiste biterroise huile ainsi enfin son effectif. Il devra combattre le temps perdu et l’image négative collée au fanion PS sur le plan national. Et sur laquelle ne manquent pas de jouer des adversaires qui, sur ce point, font front commun.

Commentaires

hatons nous lentement.Plus c'est long, plus c'est bon. Comment sera le réveil?

Écrit par : alphonse | jeudi, 05 décembre 2013

Ha bon c'est parti !!!!!!!!!

Écrit par : MOI | jeudi, 05 décembre 2013

On le sait bien. Qui veut aller loin ménage sa monture. Mais est ce que ça suffira?Pas de programme, pas de local , pas de liste .

Écrit par : @MOI | jeudi, 05 décembre 2013

Merci qui? Les militants qui ont voté!!! Allez, y a rien à rajouter.

Écrit par : bibiche | jeudi, 05 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.