Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 11 novembre 2013

Ouverture de la chasse au Valls ?

 

Absorbé par les travaux de la Commission et une très vigilante attention à l’évolution des enjeux bretons, cette incroyable déclaration du fondateur de Médiapart m’avait échappé.

Ainsi donc pour Edwy Plenel  »le danger, c’est pas madame Le Pen [...] c’est Manuel Valls ». Et pour ceux qui n’auraient pas immédiatement compris le cheminement (je n’ose écrire « la logique » par respect pour Descartes) de son analyse, il prend la peine de préciser « Le danger, ce sont ceux qui cèdent à l’adversaire. Qu’ils soient de droite ou de gauche. C’est ceux-là qui font la politique du pire. Comment arrive la collaboration ? Parce que des gens de gauche et de droite cèdent devant le nazisme ». Effarant encore je modère mes propos.

Si je comprends bien, non seulement Manuel Valls ne serait pas un républicain mais en sus, il devrait être combattu au nom même de la République ! On a beau être habitué aux imprécations serpentines d’un journaliste qui semble concevoir sa fonction comme la capacité à débusquer puis à pointer l’ennemi d’un doigt sans pitié, je reste confondu devant une telle navrante stupidité. Heureusement n’est pas Caton qui veut et comme l’écrivit Talleyrand, tout ce qui est exagéré ne compte pas.

En réalité, je peine à comprendre l’intérêt de ce genre de déclaration sauf à accepter l’idée que la vocation d’unchroniqueur est de tomber dans le défoulement, et que l’éditorialiste finit toujours par devenir un vitupérateur dont le seul but est d’attirer l’attention. Dans ce cas, c’est vrai peu importe la justesse du ton seule compte la force de la voix…

Surprise supplémentaire : recherchant si quelqu’un avait réagi à cette lamentable philippique, je n’ai rien trouvé… Le PS me semblait pourtant s’être doté de 4 porte-paroles « pour être plus efficace« .

Les seuls articles disponibles ne traitent que de « l’assourdissant silence » du ministre de l’Intérieur ou de « son étonnante discrétion » voire de sa « sobriété impromptue« . Tous ces commentaires venant de journalistes qui hier encore rivalisaient de mots pour dénoncer « l’omniprésence » du même, son « été médiatique« …

Pour ma part, je peux témoigner que cette semaine, le ministre de l’Intérieur était loin d’être muet. En effet, mardi après midi, il est venu devant la Commission des lois développer les crédits dédiés à la politique d’asile et d’immigration qu’il conduit au nom du gouvernement pendant près de 3 heures, et hier matin encore, il était dans l’hémicycle dans lequel il présentait son budget « sécurité« , avant que l’après midi, il  ne réponde aux députés sur la mission » administration générale et territoriale de l’Etat ».

Naturellement, tout cela était public mais le fait est que les observateurs étaient rares, ce qui laisse de la place aux perroquets..

Jean Jacques Urvoas

Commentaires

J'approuve totalement votre commentaire , très pertignant et plein de bon sens. M. Plenel ne cherche qu' à occuper le devant des médias.

Écrit par : Bailly a | lundi, 11 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.