Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 18 octobre 2013

Municipales: les vagues biterroises de l'après-Frêche


agnes-jullian-2e-a-g-lors-des-regionales-avec-les_706655_510x255.jpg

Dans l'objectif des élections municipales de 2014, l’UMP veut obtenir le ralliement de l’ex-protégée du défunt président de Région.

Georges Frêche, défunt président de Région, est-il sur le point de se retourner dans sa tombe ? Le député Elie Aboud, candidat UMP à la mairie de Béziers en mars, s’en lèche en tout cas d’avance les babines, même s’il n’est pas encore sûr de son coup.

Selon nos informations,il a demandé à Agnès Jullian d’occuper la deuxième place sur sa liste aux municipales de Béziers. La même place que cette dernière occupait sur la liste de Frêche aux régionales, en 2010... face à l’UMP Raymond Couderc, maire de Béziers.


Ce dernier veut passer la main à son ex-premier adjoint Elie Aboud à la Ville tout en conservant la présidence de l’Agglo. Mais le voir sur une liste commune avec Agnès Jullian aurait de quoi surprendre : Georges Frêche était venu chercher cette chef d’entreprise biterroise pour contrer son concurrent Couderc sur son propre terrain local. Un procès a même opposé Jullian et Couderc, sur fond d’accusations de diffamation.

Si d’aventure l’actuelle vice-présidente en charge du tourisme devait accepter la proposition d’Aboud, ce ne serait pas la première prise d’après-guerre... Christine Toulorge, amie intime de Frêche et ex-employée à la Région, est devenue à l’été 2011 manager du centre-ville à la mairie de Béziers.

Quant à Agnès Jullian, elle a souhaité monter une liste aux municipales. Un autre vice-président, le Biterrois et ex-ministre Jean-Claude Gayssot, l’y poussait. Avec l’espoir qu’elle fédère une gauche élargie à la société civile, y compris tout un milieu économique marqué à droite.

Des remous à la Région

Jullian vient de lancer une association, Atouts Béziers. Avec des propositions à venir, pour trouver des parades à ce qu’elle diagnostique comme un marasme... Qu’elle impute en bonne partie, soit dit en passant, à la municipalité Couderc.

Pour le reste, elle laisse planer le suspense. Elle ne dit pas non à Elie Aboud en tout cas. Pas oui. Mais pas non. Une chose est sûre. Elle aurait eu du mal à accepter la proposition du député UMP si l’une de ses collègues de la majorité régionale, Karine Chevalier, était arrivée en tête de la primaire PS pour les municipales à Béziers. Elle aurait pu difficilement se trouver face à elle aux municipales.

L’horizon s’éclaircit... Chevalier a été battue. Mais cette dernière prévient Jullian : "Qu’elle réfléchisse à ce que c’est que la clarté. On ne peut pas faire n’importe quoi en politique. On ne peut pas être dans une majorité et aller sur une liste de l’opposition."

Une alliance qui ferait "mauvais genre"

Les choses se compliquent aussi à droite. La conseillère régionale UMP Fatima Allaoui est aussi conseillère municipale biterroise. Elle s’agace de la rumeur selon laquelle Jullian pourrait envisager d’être sur la liste Aboud, à la condition qu’elle n’y soit pas.

Une vice-présidente de Région dans la même équipe qu’une opposante UMP, voilà qui effectivement ferait mauvais genre. "C’est une faute de débutant de vouloir la tête des gens, lance Allaoui. Je ne sais pas si on y arrivera avec une logique d’exclusion et pas d’inclusion, mais c’est Elie qui décide." Et un peu Agnès Jullian aussi, accessoirement.

 
Midi-Libre
A. BOUCAUMONT
 

Commentaires

Jullian n'a pas l'air de comprendre qu'elle ne peut être à la fois dans une majorité PS à la région, et dans une majorité UMP à Béziers. Qu'elle soit novice en politique, soit, mais à ce point...

Écrit par : jean | vendredi, 18 octobre 2013

Ne croyez surtout pas que vous avez affaire à une novice en politique, laissons la faire et puis nous jugerons les actes. Avec le recul sur différents sujets l'ancien Président avez toujours une ou deux longueurs d'avance. Attendons.

Écrit par : MOI | samedi, 19 octobre 2013

Elle n'est peut-être pas novice en politique, mais on se demande bien où elle va. 3 hypothèses s'offrent à elle:
- la plus logique politiquement serait de rejoindre la liste PS, nous aurions au moins une cohérence entre son appartenance à la majorité régionale et son engagement municipal, mais ce n'est pas le chemin qu'elle semble privilégier
- elle peut choisir de monter sa propre liste, elle prendra quelques voix à gauche et beaucoup à Aboud, à la grande joie du FN qui pourra la remercier
- elle rejoint la liste UMP mais doit dans ce cas avoir la dignité de démissionner du conseil régional, et risque fort de passer pour une girouette politique
Bref, ça fait longtemps qu'on attend et plus on avance, plus son espace est restreint, au point qu'aucune solution ne soit désormais satisfaisante. A trop attendre, elle a laissé passer sa chance et va devoir se contenter d'une solution de repli.

Écrit par : @TOI | dimanche, 20 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.