Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 16 juillet 2013

La Haute Autorité de Marseille controle les parrainages

 

L'annonce des qualifiés pour briguer l'investiture PS à l'élection municipale de Marseille pourrait être décalée, la validation des parrainages par la haute autorité des primaires posant quelques difficultés. Ce report ouvre le champ à toutes les suppositions dans les équipes de campagne.

MarsActu/Esther GriffChacun des six candidats en lice pour les primaires socialistes à Marseille disait avoir vérifié un par un et scrupuleusement leurs 1350 parrainages citoyens et 220 militants déposés à Maître Yvan Saffon. Certains, comme Henri Jibrayel ou Samia Ghali, sont même allés en personne voir l'huissier qui officialisera avec la haute autorité des primaires (HAP) leur participation à la course à l'investiture. Et pourtant, les choses ne semblent pas aussi simples que prévues. Depuis ce week-end, les candidats tentent d'interpréter un mail puis une seconde missive électronique de la haute autorité les convoquant individuellement pour ce mardi.

Ces deux courriers prennent bien soin d'en dire le moins possible sur l'objet final de ces rencontres. Seul élément de contexte dans le premier courrier : la possibilité d'un report de la date de proclamation des candidats admis à participer au premier tour le 13 octobre. Officiellement, des difficultés liées au nom des marraines - les femmes mariées restent inscrites sur les listes électorales sur leur nom de naissance - et des téléphones qui sonnent dans le vide seraient à l'origine des malheurs de la HAP. Celle-ci réclame donc du temps "pour aller au bout du travail de vérification auquel nous nous sommes engagés", explique Jean-Pierre Mignard, son président.

Chacun sa petite musique

Une petite musique a commencé à se faire entendre chez plusieurs candidats depuis lors. La question majeure : un candidat est-il plus ou moins en difficulté ? Chacun cherche à souffler un nom ou un autre. Le bruit qui revient avec le plus d'insistance dans les différents staffs fait état de difficultés pour la ministre Marie-Arlette Carlotti, sans que nous puissions les confirmer. Son clan affiche sa "sérénité" quand Le Point se fait affirmatif ce lundi matin : "Il a été demandé à Marie-Arlette Carlotti de fournir des parrainages supplémentaires." L'article signé Saïd Mahrane a fortement déplu à Jean-Pierre Mignard : "Ça n'a rien à voir avec Marie-Arlette Carlotti. Il y a six candidats. On vérifie les parrainages pour tout le monde. C'est une rumeur. Au service de qui, je n'en sais rien, mais certainement pas de la déontologie", nous a-t-il lâché agacé.

Mais, malgré un communiqué appelant les candidats à "garder leur sang-froid", chacun continue dans la coulisse à souffler sur les braises sans apporter d'informations essentielles. Dans l'équipe de Samia Ghali, on fait du maintien à l'identique du calendrier "une question de principe même s'il n'est pas question d'évincer qui que ce soit". Eugène Caselli est allé plus loin cet après-midi en convoquant une conférence de presse dans le décor feutré des Arcenaulx. "Je vais pousser un petit coup de gueule", a-t-il lâché avant d'entamer la discussion. Nappe brodée et bibliothèque en fond, le président de la communauté urbaine a souhaité solennellement appeler au "respect des règles. On ne les change pas en cours de match. Sinon, on en retourne aux manoeuvres dilatoires que beaucoup dénoncent."

Cible du courroux d'Eugène Caselli, la nouvelle condition réclamée par la haute autorité pour valider les parrainages : le numéro du bureau de vote de chaque soutien. "On nous demande de vérifier pour demain les bureaux de vote de 1350 parrains, c'est de la folie. Je n'ose pas croire que nous soyions victimes d'un certain amateurisme", appuie le député Henri Jibrayel, lui aussi candidat. Pierre Bonneric, le directeur de campagne d'Eugène Caselli, résume : "Cela va prendre beaucoup de temps et retarder inévitablement la validation des candidatures". Seule une postulante n'aura pas cette masse de travail supplémentaire, Marie-Arlette Carlotti. Hasard ou coïncidence, elle avait déjà ajouté cette mention à ses parrainages pour, dixit son directeur de campagne Joël Canicave, "faciliter le travail de vérification". 


Jean-Marie Leforestier


Les commentaires sont fermés.