Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 08 juillet 2013

La gauche façon puzzle !

 

puzzleLa gauche part dans tous les sens. Les écologistes ne veulent rien entendre à l’union aux élections municipales. C’est donc la division, mais ils restent dans le gouvernement.

Le Front de Gauche est uni aux socialistes dans les municipalités et bombarde les socialistes dans le pays. Les Radicaux traînent des pieds sur tous les sujets à l’Assemblée Nationale et au Sénat.

Quant au PS, il joue le temps des groupuscules multipliant clubs et mises en demeure de son propre gouvernement. Ici ou là quelques ministres râlent en sourdine. Pendant que le gros de la troupe mets des sacs de sable devant les municipalités. Le gouvernement s’attaque avec courage aux déficits. Nul d’ailleurs ne conteste cette oeuvre de salubrité publique. Mais la lutte contre les déficits ne fait pas une politique.

Et c’est là que le bât blesse. Car personne n’avance une alternative politique cohérente ou n’ouvre une perspective. Ce n’est ni une opposition de ligne à ligne ni la définition d’une ligne. La gauche est cotonneuse et le PS unijambiste. Le Parti Socialiste a raison de défendre le gouvernement. Il le mérite. Mais le PS ne peut se réduire à cela. Il faut donner du sens et mettre en scène nos marqueurs. Il faut aussi prendre la mesure de la situation. Entre une droite sans le sous et une gauche sans dessus dessous, le Front National va pouvoir jouer « ville ouverte ».

Si le gouvernement doit continuer d’éviter l’austérité en ayant les nôtres en tête. Si le Président doit indiquer où la France doit aller comme il le fait très bien sur l’Europe, il est temps à gauche de réagir. L’union est indispensable. La division est irresponsable. La victoire des Frontistes aux élections municipales ouvrirait une spirale qui pèserait lourd dans la suite pour tous et pour la France. Il faut faire barrage au Front National. Mobiliser l’opinion pour imposer l’union aux élections municipales est une urgence. S’unir c’est arriver en tête au premier tour, juguler le risque de l’UMP et faire reculer celui du Front National.

Jean Christophe Cambadélis

Les commentaires sont fermés.