Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 16 juin 2013

Egalité entre les familles

 

 

 

Les dispositions annoncées par Jean-Marc Ayrault sont le fruit d’un travail de concertation et de réflexion mené dans le cadre du Haut conseil de la famille depuis plusieurs mois.

Le gouvernement engage avec ces mesures une rénovation de la politique familiale qui prend en compte les évolutions de la société. En 1945, les aides financières aux familles étaient primordiales et les besoins de garde des enfants plus limités. Cependant, le Premier ministre a rappelé que les principes hérités du Conseil national de la Résistance restaient au cœur de la politique familiale française : il s’agit des valeurs qui fondent la sécurité sociale, en particulier une solidarité des ménages sans enfants vers les ménages avec enfants, une solidarité entre les hauts revenus et les bas revenus.

Des décisions s’imposaient pour remédier au déficit de la branche famille, qui s’est élevé à 2,5 milliards d’euros en 2012. Pour le réduire, certaines aides aux familles seront mieux ciblées, dans un esprit de justice. Aujourd’hui en effet, les familles les plus aisées, qui cumulent les allocations familiales et d’importantes réductions d’impôt, sont très favorisées par rapport aux plus modestes, non imposables. Ce constat a guidé le choix de réduire leplafond du quotient familial de 2000 à 1500 euros, qui ne touchera que 12% des ménages avec enfants, ceux dont le revenu mensuel net est supérieur à 5850 euros. Dans le même esprit, l’aménagement de la Prestation d’accueil du jeune enfant se traduira par une baisse qui n’affectera que 10% des familles. Une correction sera par ailleurs apportée à la disparité entre le complément familial, qui concerne des familles très modestes, et le montant de l’allocation de base, qui lui était supérieur de 17 euros. La prime de naissance sera en revanche maintenue.

Jean-Marc Ayrault a confirmé que l’allocation de soutien familial à destination des familles monoparentales, souvent les plus fragiles, sera augmentée de 25%, au profit de 750 000 familles. Près de 400 000 familles nombreuses vivant sous le seuil de pauvreté bénéficieront de la majoration de 50% du complément familial.

Au total, les comptes de la branche famille seront améliorés de 1,7 milliards en 2016.

Afin de renforcer l’égalité des chances de tous les enfants en aidant les familles qui en ont le plus besoin,100 000 nouvelles places de crèches seront financées, 100 000 solutions d’accueil auprès d’assistantes maternelles créées, et 75 000 enfants supplémentaires de 2 à 3 ans pourront être scolarisés en maternelle.

Enfin, le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, prévu en Conseil des ministres début juillet,réformera le congé parental dont 96% des bénéficiaires sont aujourd’hui des femmes. Face aux conséquences en terme d’emploi d’un congé parental trop long, une part du complément de libre choix d’activité ne pourra être prise que si le second parent –généralement le père- fait lui aussi usage de son droit. Le texte proposera dans cet esprit une série de dispositions destinées à favoriser un meilleur partage des responsabilités parentales.

Globalement, ces dispositions sont justes car elles s’inscrivent dans une perspective d’égalité : entre les familles, entre les territoires, entre les membres du couple parental

Bernard Roman

Commentaires

Globalement comme ils disent on va encore taper sur les familles, mais quid des salaires des patrons et une promesse de plus à l'eau au suivant il est joli le socialisme.....

Écrit par : MOI | dimanche, 16 juin 2013

Les commentaires sont fermés.