Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 31 mai 2013

La primaire UMP fait boom !

Aexis Braud, ancien coordinateur de la primaire écolo de 2011 ne croyait pas si bien dire, ce vendredi matin, en qualifiant la primaire UMP pour désigner le candidat à la mairie de Paris de "bombe à retardement". L'explosion s'est produite aux alentours de 17 heures sur le parvis de l'Hôtel de Ville. C'est Pierre-Yves Bournazel qui a appuyé sur le bouton. Le jeune challenger demande "la suspension" du scrutin qui a débuté vendredi matin et doit s'achever lundi à 19 heures.

Le chaudron menaçait déjà d'exploser depuis plusieurs jours, au terme d'une campagne houleuse marquée par les soupçons de fraude et l'intrusion des opposants au mariage homosexuel et de l'extrême droite.

Pourtant, cette primaire ouverte, la favorite Nathalie Kosciusko-Morizet, arrivée de Longjumeau avec son pass navigo, l'a voulue. Une opportunité après le désastre du mois de novembre, occasionné par l'élection pour la présidence de l'UMP, de montrer que le parti avait redoré son blason en matière de démocratie. Encore hier, la candidate assumait ce choix destiné "à devenir la règle".

"Je veux être élue et non nommée", répétait-elle ciblant Anne Hidalgo "héritière" de Bertrand Delanoë. Mais elle pourrait finalement être plus mal élue que bien nommée. Point de rampe de lancement pour affronter ensuite la candidate socialiste, encore moins d'équipe soudée. Mais une élection devenue plus délicate jour après jour. Et une droite parisienne plus divisée que jamais. En témoignent lestendres échanges de Jean-François Legaret et Claude Goasguen sur Twitter. Le premier a appelé poliment le second à "la fermer jusqu'à la fin de la campagne", responsable selon lui d'avoir fait circuler une vidéo plus vraiment en adéquation avec sa campagne.

Le retrait de Rachida Dati le 23 avril était déjà un signe de mauvais augure. Il a déséquilibré la primaire et donné le sentiment que tout était joué avant même d'avoir commencé, et conduisant à une alliance implicite des trois autres candidats, Jean-François Legaret, Pierre-Yves Bournazel et Franck Margain, face à la favorite Nathalie Kosciusko-Morizet. Et c'est dans son abstention à l'Assemblée nationale sur la loi Taubira qu'ils ont trouvé leur meilleur angle d'attaque. La Manif pour tous s'est ensuite invitée dans la campagne, incitant ses membres à s'inscrire pour voter. Puis Guillaume Peltier, co-président du courant de la droite forte et proche de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson, revanchard, s'en est mêlé. Et, clou du spectacle, l'hebdomadaire d'extrême droite "Minute" a invité en une ses lecteurs à "se payer NKM" pour la modique somme de 3 euros (coût de l'inscription à la primaire).

Le désastre annoncé n'a fait que s'amplifier à l'ouverture des cyber-urnes quand des journalistes ont démontré que tout un chacun était en mesure de voter, mais aussi de faire voter

A l'UMP, personne n'a bougé. Cette primaire c'est la fédération parisienne qui l'a voulue, charge à elle de l'organiser, dit-on en substance à la direction. Le fiasco actuel n'est pas pour déplaire à son président Jean-François Copé, qui a tout intérêt à ce que Nathalie Kosciusko-Morizet n'en sorte pas trop grandie de l'aventure.

Pour l'heure, il est "hors de question de suspendre le scrutin", a déclaré le président du Conseil supérieur de la primaire UMP à Paris, Antoine Rufenacht. Mais, peu importe l'issue, le mal est déjà fait

Nouvel Obs

Commentaires

la plus futée, c'est Rachida!!!!elle a le chic pour savonner la planche à sa "meilleure amie"

Écrit par : parisien | samedi, 01 juin 2013

Les commentaires sont fermés.