Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 25 mars 2013

Les primaires en question

 

 

primaires-1.jpegSi les primaires ouvertes semblent recueillir la faveur d'une partie des militants biterrois, certaines questions cruciales doivent cependant être résolues.

Selon Terra Nova, qui est à l'origine de cette proposition , pour assurer leur réussite les primaires ouvertes doivent recueillir environ 5% du corps électoral, soit environ 2250 électeurs à Béziers.

Comment réussir une telle mobilisation à Béziers ?

Si ce seuil avait été quasiment atteint lors du choix entre Aubry et Hollande pour la primaire présidentielle (2202 électeurs), il n'est pas certain qu'une primaire pour les municipales de Béziers suscitent autant d'enthousiasme. Et se retrouver avec moins de 1000 participants au soir d'une primaire ne serait absolument pas un signe encourageant pour la conquête de l'Hotel de ville.

Comment assurer la sincérité du scrutin ?

C'est le corollaire de la question précédente et l'explication du seuil de 100000 habitants retenus par le PS : « En effet, un corps électoral trop réduit présente de véritables dangers quant à la sincérité du scrutin. On peut aisément imaginer qu’en deçà d’un millier d’électeurs, n’importe quel groupe depression serait en mesure de venir influer lourdement le scrutin, voire de le fausser complètement.  »

En clair, si la participation tombait autour de 800 électeurs, une poignée d'électeurs sympathisants de l'UMP pourraient venir choisir leur futur adversaire...

Quel filtrage pour les candidatures ?

Une multiplication des candidatures, voire des candidatures farfelues seraient un échec. Il faut donc des critères pour encadrer et limiter les candidatures. Selon Terra-Nova, celles-ci ne peuvent émaner que des partis s'étalant sur le spectre politique du PCF au MODEM. Un système de parrainages assurant une représentativité minimum doit être mis en place. Si l'on s'inspire des primaires présidentielles et des recommandations de Terra Nova, les solutions seraient:

Le parrainage citoyen de 1% du corps électoral (450 signatures pour Béziers) et le parrainage militant réparti sur plusieurs sections.

Quelles instances de contrôle?

L'organisation des primaires suppose l'installation d'une haute autorité locale des primaires. Celle ci devant être neutre et reconnue par l'ensemble des candidats.

Quelle logistique ?

Afin d'assurer une mobilisation conséquente, un minimum de 8 bureaux répartis sur le territoire biterrois doit être envisagé. Reste à trouver les lieux et les militants qui tiendront les bureaux.

 

Ces questions devraient trouver rapidement des réponses puisque le national travaille à une directive encadrant les primaires locales qui reprendrait les principes du rapport de la fondation Terra-Nova dont ce texte est très largement inspiré.

A moins que l'idée des primaires pour les municipales ne tombe à l'eau puisqu'après Paris, Marseille semble devoir y échapper et que le nombre de villes où cette organisation semble pertinente est de plus en plus restreint.

Et puis, cela prive les militants biterrois d'un choix dont ils avaient déjà été frustrés lors de l'investiture des législatives ...  

Commentaires

Bonsoir, 3 sections sur 4 se prononcent en faveur des primaires citoyennes a Béziers. Mais ce blog porte toujours le nom de socialistes biterrois alors qu'il semble n'en représenter qu'une minorité. Merci au responsable de ce blog de clarifier le nom de ce blog. Merci par avance.

Écrit par : Vrai militant | lundi, 25 mars 2013

Vous posez les vraies questions. Comment faire des primaires à beziers sans qu'il y ait manipulation par la droite. On ne pourra pas empecher le duo Couderc Aboud d'envoyer des gens voter pour choisir leur adversaire. C'est pas comme les primaires présidentielle où le nombre d'électeurs était trop grand pour de telles manipulations. Et le désigné sera toujours soupçonne d'être l'élu de couderc.

Écrit par : Allien | lundi, 25 mars 2013

Le débat lancé par les sections 2 et 4 est étrange . Les plus grosses sections veulent des primaires. Quand on sait qu'a beziers les sections votent comme leur secrétaire dit, qu'est ce que ça cache? J'aimerais bien qu'on me réponde.

Écrit par : faux militant | lundi, 25 mars 2013

Poser des questions d'organisation est une bonne chose: tous les éléments évoqués sur la participation et le nombre de bureaux sont faisables. Je m'interroge plus sur la dernière phrase. Pour moi le PS n'est pas un comité électoral où l'adhérent paye pour désigner son candidat. On débat, on construit, on convainc, on diffuse les valeurs qui nous tiennent à coeur. Ma tutrice, quand j'étais prof stagiaire, m'avait conseillé d'être nuancé quand j'exposais une situation: il manque dans cet article d'exposer tous les avantages d'une primaire, l'élaboration participative d'un projet, la légitimité offerte à un candidat qui recueillerait des centaines de suffrages (plutôt que 2 ou 3 dizaines si on suit les statuts), l'engouement d'un débat médiatique de 2 ou 3 mois dans la population et le débat d'idées qu'il susciterait, l'union de la gauche qu'amenerait ce dispositif...que d'avantages, qui rendraient la victoire...possible, à portée de main!

Écrit par : nicolas | lundi, 25 mars 2013

"les militants biterrois d'un choix dont ils avaient déjà été frustrés lors de l'investiture des législatives "
"Pour moi le PS n'est pas un comité électoral où l'adhérent paye pour désigner son candidat. "
2 phrases qui posent bien le problème; Quel est le rôle du miltant d'un parti politique quel qu'il soit. La sélection des candidats pour des mandats de proximité n'est elle pas un des moteurs du militantisme, l'autre étant celui de participer à une aventure collective en vue de changer la société?Est-on sur que si on supprime à tous les niveaux ( puisque dans ce cas il faudra le faire aussi au niveau cantonnal et régional )ce pouvoir de choix des militants , il y aura encore des militants. Les italiens qui ont été les premiers à pratiquer la selection par primaires ouvertes au niveau municipal en sont revenus.

Écrit par : @nicolas | mardi, 26 mars 2013

Ce texte à le mérite d'exposer des arguments qui limitent une primaire citoyenne sur Béziers.
Ce que j'aime c'est qu'il ne reprend que les recommandations de Terra Nova, je suis allé voir leur rapport.
La phrase de la fin me parait appropriée car les militants de l'Hérault ont été maltraités par la fédé et le national.
Et ce qui me fait sourire, c'est qu'une section qui a contesté la désignation "d'office" aux législatives et qui a condamné le fait que les militants ne soient pas sollicités pour un vote interne (au prix de son exclusion), voit maintenant la chose toute naturelle....
Si une primaire est réalisée en force sur Béziers, et comme cela a été dit pour permettre aux exclus de se présenter, rien ne pourra empêcher la folle liste de prétendants s'allonger et tourner le PS en ridicule.

Écrit par : rachid | mardi, 26 mars 2013

@Rachid, d'accord avec ce que tu dis sur la possibilité d'avoir une liste de militants à rallonge.
Quelles règles pour ces primaires, qui pourrait se présenter ?
Si un exclu le peut alors, effectivement, tout citoyen lambda le peut...
la solution serait la réintégration anticipée, mais de quel droit ??
Les opposant à l'ancienne direction de l'Hérault l'ont traité de "mafieuse". Mais la nouvelle, que fait t-elle depuis ??
passage en force aux législatives car les militants ne lui sont pas favorables (je passe sur le comptage du scrutin pour désigner le premier fédéral). Peut être une réintégration en dehors des statuts à "la gueule du client".
La seul différence c'est que sous couvert démocratie cette fédé essaie de nous faire avaler des couleuvres plus longues les unes que les autres.

Écrit par : laeticia | mardi, 26 mars 2013

Oui ,il s'agit bien du "blog libre des socialistes biterrois" puisque tous peuvent s'y exprimer, y compris ceux qui le contestent! Les primaires et le vote interne ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients,mais il est inutile de s'empailler là-dessus,parce que, de toute façon, c'est le national qui décidera et rien ne dit qu'il accordera une dérogation à la règle fixée par le BN: pas de primaires dans les villes de moins de 100000 habitants!

Écrit par : Nestor | mardi, 26 mars 2013

C'est quoi cette polémique autour du nom de ce blog ?
Il n'est pas écrit "parti socialiste" et le mot socialiste est libre d'utilisation.
Pour moi il n'y a aucune raison de changer le nom du blog et surtout n'en faite rien, on est encore en démocratie !
D'autant que bon nombre de ténors du PS se définissent comme des sociaux démocrates et pas des socialistes...
Fermer le ban.

Écrit par : laeticia | mardi, 26 mars 2013

Qui est l'apprenti sorcier qui a rallumé le feu en lançant un débat qui n'a pas lieu d'être. La circulaire nationale est claire: les primaires sont possibles à certaines conditions dans les villes de + 100 000 habitants. Béziers n'est pas dans cette catégorie , à moins que l'INSEE se soit trompées.
Et puis , quand on voit le déchainement que provoque ce post tout à fait anodin, on se dit qu'il vaut mieux qu'il 'y ait pas de primaires car ce ne sera pas une dynamique de conquête mais la tornade de l'echec.

Écrit par : Pandora | mardi, 26 mars 2013

Nicolas, tes arguments sont tout à fait recevables mais dire qu'une primaire n'a que des avantages est aussi faux que de dire qu'elle n'a que des inconvénients.Ce billet qui reprend les préconisations de Terra-Nova soulève des questions justes. Tu affirme que la mobilisation c'est faisable mais tu ne réponds pas à la question: comment? Tu ne dis rien sur la sélection des candidats qui est pourtant impérative. Car si on se loupe sur les primaires, on est certains de perdre les municipales.

Écrit par : @nicolas | mardi, 26 mars 2013

Les Primaires citoyennes sont le seul moyen de créer une réelle dynamique pour le PS Biterrois.
Les primaires offriront une couverture médiatique pour le Parti durant toute la durée des élections et permettra une mobilisation des citoyens qui veulent un changement évident de municipalité.
Si le PS local doit repartir dans ces travers avec un vote interne il est certain qu'aucune dynamique interne sera présente autour du candidat qui sera contesté à tout les coups et nous n'aurons pas non plus de dynamique citoyenne ça c'est évident.
Alors nous pouvons discuter sur les problèmes techniques, mais il est difficile de s'opposer à la dynamique que cela créerait.

Écrit par : François | mardi, 26 mars 2013

C'est le nouveau blog de la section3
Non affichée ça viendra peut-être

Écrit par : Ruth | mardi, 26 mars 2013

La question est posée: comment créer une dynamique autour du Parti Socialiste à Béziers. Mais en même temps, poser cette question est lourd de sens; Car cela veut dire que , alors que Couderc est décrié, le PS ne suscite pas une envie de changement à Béziers. Et ce n'est pas qu'un problème de leadership .

Écrit par : @françois | mercredi, 27 mars 2013

Les commentaires sont fermés.