Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 16 décembre 2012

Arcelor Mittal, vers une sortie de crise ?

 vers une sortie de crise ?

Jeudi 13 décembre 2012 s’est tenu le comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire d’ArcelorMittal. Il a été convoqué pour examiner les points négociés entre le gouvernement et la direction de la multinationale.

Il semble que les délégués centraux des principaux syndicats aient une analyse un petit peu plus mesurée que celle des délégués du site de Florange. Le délégué central CFE-CGC a par exemple déclaré que tous les nombreux points d’inquiétude avaient été abordés et que des réponses avaient été apportées par la direction du groupe, notamment au sujet du traitement de chaque salarié.

Ce point de vue est confirmé par le délégué central de la CFDT, organisation syndicale qui a pourtant été en pointe dans le conflit avec ArcelorMittal. Celui-ci a admis que la réunion a été positive, plus particulièrement sur les aspects sociaux du conflit et sur le calendrier des investissements promis par ArcelorMittal. Quelques zones d’ombre subsistent cependant, notamment le fameux dossier Ulcos et le sort des hauts fourneaux du site lorrain. Comme à leur habitude, la CGT et FO ont opté d’entrée de jeu pour la posture contestataire en claquant théâtralement la porte du CCE. On se doute qu’elles reviendront autour de la table, sur la pointe des pieds, lorsqu’il n’y aura plus de caméras.

Les médias, eux, insistent lourdement sur l’atmosphère tendue du CCE. Ils répètent en boucle que ce qui devait être une réussite du gouvernement s’est transformé en échec.

Pourtant, les délégués centraux des principaux syndicats admettent implicitement que le gouvernement a bien obtenu ce qu’il avait annoncé, c’est-à-dire l’absence de plan social à Florange. Il est normal que la prudence reste de mise, mais on est en tout cas loin de l’effervescence de ces derniers jours où la chimère de la nationalisation temporaire avait été relancée suite à la divulgation d’un graphique relatif aux performances économiques du site de Florange. Les centrales syndicales reprennent la main car, rompues à la négociation, elles savent qu’elles ont tout intérêt à consolider ce qui a été obtenu par le gouvernement plutôt que de prendre le risque insensé de tout rejeter et de provoquer, cette fois-ci, le plan social tant redouté.

S’achemine-t-on vers une sortie de crise ? Il faut l’espérer en tout cas.

Gabale,

Les commentaires sont fermés.