Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 26 juin 2012

De la digue aux passerelles


Dimanche 17 juin 2012, l’extrême droite a fait son retour au Palais Bourbon. C’est la première fois depuis 1988 que des candidats du Front National parviennent à remporter une élection législative. Cette entrée à l’Assemblée intervient dans un moment de confusion pour la droite. Avec une débâcle électorale sur fond d’appel aux électeurs du FN, les frontières déjà perméables entre les deux formations politiques sont plus que jamais remises en question.

Tout d’abord, l’élection de ces deux députés, candidats sous la bannière « Rassemblement Bleu Marine » et issus du Front National (Gilbert COLLARD et Marion MARÉCHAL-LE PEN) traduit la banalisation inquiétante des thèses du Front National, à travers la tentative de dédiabolisation orchestrée par Marine LE PEN. Mais les habits de la respectabilité ne trompent personne, et nous en sommes régulièrement témoins en Rhône-Alpes avec les comportements inacceptables du conseiller régional Alexandre GABRIAC, certes désormais exclu du Front National mais qui entretient toujours d’étroites relations avec ses élus, ces derniers allant même parfois jusqu’à prendre sa défense.

Mais ce qui peut inquiéter aujourd’hui plus encore, c’est le glissement de la droite que l’on a pu appelée « républicaine » vers les idées traditionnellement estampillées comme appartenant à l’extrême-droite. Les déclarations de Nadine MORANO et d’autres autour des « valeurs communes » entre l’UMP et le Front national, les propos tenus (J’ai pas envie que ça devienne le Liban chez moi) par cette dernière à l’occasion de ce qui devait être un simple canular téléphonique ou encore la stratégie dite du « ni-ni » de Jean-François COPÉ en témoignent largement.

Là aussi, notre Région, marquée rappelons-le par le souvenir de l’alliance entre Charles MILLION (RPR) et le Front national en 1998 afin de remporter la présidence du Conseil régional, reflète cette évolution alarmante. A cet égard, les propos du conseiller régional et député de la droite populaire Philippe MEUNIER sont sans équivoque. Dans un communiqué publié il y a quelques jours, celui-ci écrit ainsi sans rougir que « de plus en plus de départements sont touchés par une immigration qui prend l’allure d’une colonisation » et que « pris en tenaille entre la lâcheté des partisans du statu quo et un FN qui s’engouffre dans la faille, l’échec de la droite et du centre était inévitable. Obligation est faite à tous les élus et les adhérents de l’UMP de faire face à leur responsabilité pour en tirer toutes les conséquences notamment en termes d’alliance ».

Martine AUBRY l’a dit il y a quelques jours, « Jacques CHIRAC avait mis des digues avec le Front National, Nicolas SARKOZY a mis des passerelles ». Face un Front national qui dévoile son vrai visage et une droite qui se perd, il nous appartient d’être vigilants, de répondre aux besoins des Français et d’être à la hauteur des espoirs placés dans la gauche à l’occasion de ces dernières élections.

 Groupe socialiste Rhône Alpes

Commentaires

Beau sujet pour détourner l'attention des problèmes économiques qui ne vont pas manquer de survenir. Est-ce-que le P.S peut commençer à réfléchir plus comme un théoricien de l'économie post-keynesienne que comme un épicier ?
Et la passerelle P.S/F.D.G est-elle républicaine ? Pas sûr que Mélenchon rende le pouvoir, tout comme MPL, s'il y parvenait seul.

Rappel : c'est tout de même sous Mitterrand qu'il y a eu le plus de députés F.N en 86 quand il a réintégré la proportionnelle.

Écrit par : Robert le diable | mardi, 26 juin 2012

Les socialistes ont appelé de leurs voeux le Front National depuis 1981.Tout simplement avec l'objectif d'affaiblir la droite.Maintenant qu'avec Collard ils vont avoir un casse-c.. dans les pattes ,ils sont bien emmerdés.Qui sème le vent,récolte la tempête....

Écrit par : kiki | mardi, 26 juin 2012

@Robert : la passerelle PS/Fdg est-elle républicaine ? D'une part je ne suis pas sûr que cette passerelle très vermoulue existe encore, mais si tel était le cas, la réponse est clairement oui. Vous semblez avoir des doutes : dans ce cas développez vos arguments car pour le moment nous n'entendons que de l'incantation car vous ne ferez croire à personne que " Pas sûr que Mélenchon rende le pouvoir..." soit un argument fruit de la réflexion et de la raison.

Écrit par : Ericc | mercredi, 04 juillet 2012

Les commentaires sont fermés.