Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 26 mars 2012

Pour un encadrement véritable des dépassements d’honoraires

 

En agissant aussi tardivement et de façon aussi inefficace, le gouvernement et son candidat Nicolas Sarkozy montrent bien l’absence de réelle volonté politique pour lutter contre les dépassements d’honoraires. Ceux-ci constituent pourtant un frein de plus en plus déterminant pour l’accès aux soins des Français et une amputation supplémentaire de leur pouvoir d’achat.

 

En effet, le dispositif gouvernemental du secteur optionnel, rejeté par la plupart des acteurs concernés, patients, mutuelles, médecins, ne s’attaque en rien au fond du sujet et risque surtout de combiner les effets les plus pervers. Il revient à graver dans le marbre les situations existantes.

C’est pourquoi François Hollande s’engage à lutter contre les dépassements d’honoraires de façon résolue :

- En limitant l’installation de praticiens en secteur 2 dans les zones à forte densité médicale.

- En reprenant les préconisations avancées par l’appel des praticiens hospitaliers du secteur public contre les abus de l’exercice privé à l’hôpital.

- En engageant dès son arrivée aux responsabilités une négociation par région et par spécialité pour un véritable encadrement des dépassements d’honoraires.

Jean Marie le Guen

Commentaires

Trois mesures demago et inapplicables, par exemples, négociations branche par branche et par Région ( pourquoi pas par département dont le social est la compétence) .
Je pense qu'il ne faut toucher à rien, sauf, ne rien rembourser aux patients qui vont en secteur deux, quand je dis rien, ça veut dire même pas le premier centime. Faute de clients, les médecins reviendront vite au tarif sécu à de rares exceptions près et très rapidement.
Mesure applicable par décret, sans négociation stérile, juste un peu d'info auprès des clients, et l'affichage clair sur les plaques extérieures du type de tarif pratiqué.
Mais qui aura la volonté de le faire en période électorale ?
Pour ma part je l'applique déjà, et refuse d'aller chez un médecin à honoraires libres. Je me renseigne systématiquement des la prise de rdv.
Les médecins sont des fonctionnaires, étant payés indirectement par l'argent de la collectivité. Donc, au delà des tarifs publics, point de médecine publique. Ensuite, chacun fait son choix.
La raison reviendra très vite la norme.

Écrit par : Christian Bon | mardi, 27 mars 2012

Vraiment formidable il lui faut un bokmark pour que je peux y revenir plus tard, formidable article !|ou est votre flux RSS,je ne veux pas perdre ce blog, il peut me donner des informations dans mes etudes

Écrit par : moving services | lundi, 16 avril 2012

Les commentaires sont fermés.