Supercherie et mystifications tombent en pluie sur ces six derniers mois de pratique gouvernementale. Elles n'y ont jamais manqué au cours des cinq années précédentes, mais leur concentration pré-présidentielles dépasse le raisonnable.

La grande braderie des contrats aidés atteint de ce point de vue une sorte de sommet :

Une circulaire officielle du Ministre Xavier Bertrand, en braderie3.jpgdate de décembre 2011, demande à tous les services de l'Etat de concentrer la grande majorité des 340 000 contrats aidés financés pour l'année 2012 sur les premiers mois de cette année.

C'est faire d'une pierre trois coup :

- dégonfler d'autant les chiffres du chômage en faisant passer les demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune activité) en catégorie E "plus bénigne" (personnes ayant une activité liée à un contrat temporaire et financée par l'Etat.

- montrer que l'Etat agit et que les dispositifs qu'il a mis en place sont un succès

- vider l'enveloppe des contrats aidés budgétés pour l'année au cas (pas totalement improbable..) où l'actuel Président ne serait pas "sortant" mais "sorti".

Ainsi, celui-ci n'aurait pas sur les bras pendant sa campagne l'encombrant paquet de trois millions de chômeurs de catégorie A. Et pourrait continuer d'expliquer comme il l'a fait à Marseille que "non, mille chômeurs de plus chaque jour, ce n'est en aucun cas une explosion du chômage !"

Michèle Delaunay