Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 14 janvier 2012

Au secours, la gauche revient !!

A cent jours du premier tour de la présidentielle, la droite sarkozyste perd ses nerfs.

Il y a d’abord eu les sorties médiatiques de Nadine Morano qui a exigé des excuses publiques de la part de François Hollande et qui a surtout réussi l’exploit de ridiculiser son propre camp. Puis, il y a la percée de Marine Le Pen dans les intentions de vote, menaçant directement Nicolas Sarkozy et notre cher « Monsieur Besson » qui songe à quitter la politique pour se reconvertir dans le foot. Enfin, il y a les propos de Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée nationale qui, sans rire, a prévenu que si la gauche remportait les élections du printemps prochain, les conséquences seraient comparables à celles d’un pays en guerre !

Des propos vivement critiqués par le Parti socialiste mais aussi indirectement par Nicolas Sarkozy qui a pris ses distances avec Accoyer. Des propos qui sont surtout révélateurs d’une droite française en pleine panique et complètement dispersée, bien loin de la droite qu’on a connue depuis 2007, une droite arrogante et méprisante.

Ce n’est pas la première fois que certains membres de la droite française sortent de telles déclarations. Déjà en 1981, nombreux étaient chez les partisans de Valéry Giscard d’Estaing qui mettaient en garde les Français sur les conséquences d’une élection de François Mitterrand à la présidence de la République. En effet, certains semblaient convaincus que la victoire de ce dernier marquerait la fin de la République et le basculement vers le communisme, certains craignant même l’arrivée des chars soviétiques sur les Champs-Elysées !

Une telle prédiction n’a bien sur pas eu lieu et n’a surtout pas empêché les Français de voter majoritairement pour Mitterrand, ces derniers souhaitant et exigeant le changement. D’ailleurs le candidat socialiste l’avait bien compris en se présentant comme un candidat de gauche mais rassurant, à l’image de sa célèbre affiche intitulée « la force tranquille ».

François Mitterrand (à l'époque premier secrétaire du Parti socialiste) en compagnie de Georges Marchais (à l'époque Secrétaire général du Parti communiste français) dans les années 1970

Et 2012 ressemble à quelques égards à 1981. Comme il y a trente ans, un président et une majorité sortante impopulaires et sans idées et qui crient au loup pour faire peur aux Français et les faire renoncer au changement. De l’autre côté, un candidat socialiste qui cherche à rassurer les Français tout en faisant l’inventaire du sarkozysme (d’où l’expression « Président normal »), sans aucune concession. Un style qui plaît et qui explique la bonne tenue de Hollande dans les intentions de vote par rapport à un Jean-Luc Mélenchon, par exemple.

Et une fois encore, une droite qui panique et qui peine à imposer le tempo de la campagne. Pire, elle ne profite pas des incidents de campagne de Hollande (ex : l’accord controversé entre le PS et Europe Ecologie Les Verts), des incidents qui n’ont pas de conséquences sur la stratégie de Hollande dans la mesure où les Français ne semblent pas lui en tenir rigueur. Tout comme ils ne semblent plus voir en lui celui qu’on a longtemps surnommé « Babar », « Mollande », ou bien encore « Fraise Tagada » mais bel et bien un sérieux prétendant à la succession de Nicolas Sarkozy.

Ce qui explique sans doute l’état d’esprit dans lequel se doute l’UMP à quelques mois du verdict. Contrairement à 2007, elle sait qu’elle ne pourra pas échapper à un bilan, son bilan clairement rejeté par nos compatriotes. Une UMP qui se sait également menacée par une implosion au sein de son propre camp en raison d’une droite française partie en ordre dispersée et d’un centre qui compte bien jouer les premiers rôles, comme le montre d’ailleurs le récent ralliement de Philippe Douste-Blazy, l’ancien ministre des Affaires étrangères pourtant membre de l’UMP, à François Bayrou.

Au secours la gauche revient ? Hé ben tant mieux !

Gilles Jonhson

Les commentaires sont fermés.