Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 06 janvier 2012

Les timbrés gagnent une première bataille

Le premier épisode du feuilleton judiciaire s'est terminé à l'avantage des Timbrés.
Le premier épisode du feuilleton judiciaire s'est terminé à l'avantage des Timbrés. (OLIVIER GOT)

Le tribunal administratif a tranché hier. La date de validité du permis de démolition est caduque. La première grande étape du feuilleton judiciaire de la Vieille Poste s’est terminée hier à l’avantage des Timbrés. Le tribunal administratif de Montpellier a, en effet, constaté que la date de validité du permis de démolition est caduque. Il a également décidé de l’interdiction de poursuivre les travaux de démolition assortie d’une astreinte de 500€ par jour constaté. La Ville doit régler les frais de procédure de l’association.

Selon Me René Zerby, avocat des Timbrés depuis que Me Aude Tastavy est entrée au conseil municipal et qu’elle ne peut plus plaider contre la Ville, cette décision rendue sur l’audience "est très rare au tribunal administratif, ils ont tenu compte du caractère d’urgence de l’affaire". La mairie va faire appel de cette décision (lire ci-dessous) mais cette procédure n’est pas suspensive et les travaux sont arrêtés.

"Cette petite victoire me rend très heureuse"

Geneviève Coste, présidente des Timbrés de la Vieille Poste Du côté des Timbrés, l’heure est à la satisfaction. Geneviève Coste, présidente de l’association, déclare d’emblée : "Cette petite victoire me rend très heureuse." Pour Marie-France Rouanet, c’est "une satisfaction" et Hubert Masi avait "le baume au cœur" en sortant de l’audience. Mais ce dernier précise aussi : "Il reste la suite. Nous sommes prêts à la bataille." Tous les membres le savent d’ailleurs : rien n’est fait et leur objectif reste d’arriver à faire classer la Vieille Poste. Mme Rouanet précise : "Ce n’est pas un combat contre le maire en place mais pour la préservation du patrimoine." Même si elle n’est pas tendre avec la politique de Raymond Couderc en matière d’aménagement urbain pour le centre-ville : "Là ou il y a des bâtiments, il détruit et quand il y a des places, il bâtit. Regardez le projet des halles sur Jean-Jaurès. On s’asseoit sur le patrimoine. Il n’y a pas d’écoute des citoyens, les projets sont imposés et bâclés." La dame reste persuadée que cette décision de justice est "un encouragement pour l’ensemble des Biterrois. On a ouvert une voie."

Selon Me Tastavy, les dégâts provoqués par le début de la démolition sont "un véritable gâchis. Pourquoi n’a-t-il pas attendu le jugement sur le fond ?" Pour elle, il serait judicieux aujourd’hui de garder et restaurer la Vieille Poste pour y mettre, par exemple, les Points d’informations que la municipalité voudrait installer dans les commerces laissés vacants juste en face de l’hôtel de ville.

 
LE COMMISSAIRE ENQUÊTEUR ATTENTIF AUX OPPOSANTS

 

S’il a rendu un avis favorable pour l’enquête publique sur l’aménagement des places des Trois-Six et Péri, le commissaire enquêteur n’en a pas moins été sensible aux arguments des Timbrés de la Vieille Poste.

Dans son rapport, à plusieurs reprises, il recommande "fortement à la mairie de Béziers de ne commencer les travaux de la démolition de la Vieille Poste que lorsque le “jugement sur le fond” sera prononcé".

Il a mis dans le dossier d’enquête publique le dossier de l’association et a souligné que dans le cas où le tribunal administratif refuserait la destruction, ce dossier pourrait être fort utile pour un autre aménagement.

Pour les Timbrés, il est évident que l’édifice Art Nouveau a une valeur architecturale et patrimoniale indéniable. Selon eux, il est en harmonie avec le boulevard Alphonse-Mas, typique de la période haussmannienne. De plus, il fait partie de la propriété collective.

Pour aérer l’endroit, ils suggèrent de faire tomber les parties qui ont été ajoutées au fil du temps sur l’arrière du bâtiment. En ce qui concerne son utilisation, plusieurs pistes sont avancées comme par exemple : l’implantation de l’office de tourisme, qui serait beaucoup plus central ;

une salle des mariages ; des musées mettant en valeur la vigne et le vin ou pourquoi pas le rugby.

Les Timbrés soulignent également qu’il y a "d’autres priorités en ville alors que l’on est en pleine crise économique"

Commentaires

merci vraiment,il ya un manque d'informations sur ce sujet , vous m'aidez vraiment! avant de partir je veut dir que votre flux rss n'est pas visible pour tous le monde !

Écrit par : moving companies | lundi, 16 avril 2012

Les commentaires sont fermés.