Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 11 novembre 2011

Parachute vert.......en torche

Cécile Duflot disait qu'elle voulait faire de la politique autrement. En réalité, elle voulait en faire ailleurs... Le bon mot ne vient pas des rangs du PS – c'est Ian Brossat, pour le Front de gauche parisien qui l'a trouvé – mais les socialistes se gaussent. Jaune.

Le parachutage annoncé de la secrétaire nationale d'Europe Ecologie - Les Verts (EELV) depuis le Val-de-Marne (où elle est élue régionale) jusqu'à une circonscription imperdable de la capitale a ressoudé comme par magie l'équipe municipale, la fédération et jusqu'au Front de gauche. Oubliées les aigreurs de la primaire. C'est « TSD », tout sauf Duflot.

« Elle nous prend pour des cons »

« Aucune confiance en cette nana, elle veut bouffer le PS et tout faire péter en 2014 pour prendre la mairie de Paris », dit un adjoint.

« Elle nous prend pour des cons, avec son Mazarin Jean-Vincent Placé[numéro 2 du Parti, ndlr] ils racontent partout que Delanoë est mort et n'a plus aucun poids à Solferino. Si elle croit qu'on va lui chauffer la place de maire elle se met un doigt dans l'oeil », dit un autre.

« Elle nous fait déjà assez chier au conseil régional ; à Paris elle nous mettra un fusil sur la tempe toutes les cinq minutes, c'est non. »

La secrétaire nationale de EELV vise la cinquième circonscription (IIIe et Xe arrondissements, celle de Tony Dreyfus, qui compte se représenter, et avec le redécoupage sera également celle de la député du Front de gauche Martine Billard) ou la sixième (XIe et XXe arrondissements). La gauche fait là des scores supérieurs à ceux de Ben Ali du temps de la dictature en Tunisie.

Dans le cadre des négociations nationales entre le PS et EELV pour les législatives de 2012, il a été convenu que les écolos auraient deux « circos » gagnées d'avance.

Contre tous les parachutages, surtout celui de Duflot

Rémi Féraud, patron de la Fédération PS de Paris est le général officiel du camp socialiste. Il explique tout haut, en termes diplomatiques, ce que les éléphant(e)s se tuent à dire à Martine et François :

  • Nous refusons les parachutages, ce sont des pratiques politiques détestables. OK pour donner deux circos aux Verts, mais à des locaux. Qu'elle se batte dans son département.
  • Nous sommes contre tous les parachutages mais surtout celui de Cécile Duflot, même si bien sûr ce n'est pas une affaire de personne.
  • C'est une personnalité nationale. Si elle réclame une circonscription facile c'est évidemment pour préparer les municipales de 2014.
  • Si, comme on le dit, il y a eu un accord secret entre elle et DSK (avant le Sofitel) via son lieutenant Jean-Marie Le Guen, cet accord ne vaut plus rien.

L'acccord, s'il a existé (ce que dément Cécile Duflot), se serait noué sur le dos d'Anne Hidalgo, dauphine désignée de Bertrand Delanoë. Le député PS Jean-Marie Le Guen, qui veut se présenter, aurait facilité l'arrivée de Duflot à la tête de la liste écologiste en échange de son soutien.

Le refus de « l'ensemble des socialistes » de lui chauffer la place de mairesse de Paris est « très ferme » et « très réel », conclut-il.

« On est prêts à faire exploser l'accord national »

Il se refuse à confirmer que les ténors de la capitale ont menacé Solférino de présenter des dissidents là où « Elle » se présenterait. Si c'était le cas, « cela ferait capoter les accords au niveau national », répond-on chez Cécile Duflot.

Mais la menace est bien réelle et vire au psychodrame. « Jamais on ne se laissera flinguer de l'intérieur. Nous somme prêts à faire exploser l'accord au niveau national », prévient un proche de Bertrand Delanoë.

« Le niveau d'arrogance de cette femme est incommensurable. »

Chez Duflot, on s'étouffe de rage en faisant mine de garder son calme « car Cécile n'a pas pris sa décision encore, et elle refuse d'être un enjeu de la négociation nationale et, en plus tout,est suspendue à Flamanville [EELV a lancé un ultimatum au PS : s'il ne promet pas d'arrêter le chantier de l'EPR, il n'y aura pas d'accord] ».

« De quoi ont-ils si peur ? »

Ceci posé, Stéphane Sitbon, dit « Yop », porte-parole de Cécile Duflot (et vice-directeur de la campagne d'Eva Joly) sort les munitions :

« Nous, on ne choisit pas les candidats socialistes, eux n'ont pas à choisir les candidats écolos. Vous nous voyez dire : “Dans telle circonscription, on ne veut pas de ce mec, super cumulard, pronucléaire” ?

Que le choix de Cécile Duflot n'agrée pas à Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo ou Rémi Féraud [maire du Xe arrondissement, ndlr], ce n'est pas notre problème, c'est le leur. De quoi ont-ils si peur ?

Sont-ils si peu sûrs de leur politique municipale pour s'inquiéter autant de son arrivée ? »

On attendait du seul maire d'arrondissement Vert de Paris, celui du IIe, Jacques Boutault, un mot doux de bienvenue pour sa secrétaire nationale. Le voici :

« Quand on est une leader politique et qu'on aspire à un destin national, il faut aller conquérir ses mandats, se battre. Ça aurait été beaucoup plus valeureux de sa part et intéressant, plutôt que de venir chercher un poste tout cuit. Quel est son intérêt ? Se porter candidate en 2014 à la mairie. »

Jacques Bouteau n'est pas le seul élu parisien EE-LV à ne pas avoir été consulté sur ce parachutage. Et pas le seul non plus à savonner la piste d'atterrissage de la patronne. Trêve de off.

RUE 89

Commentaires

allez vous faire voir

Écrit par : lagauche | vendredi, 11 novembre 2011

regardez segolène royal est son futur parachutage: c'est tout simplement une honte!!!!

Écrit par : souris verte | samedi, 12 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.