Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 15 juillet 2011

PS 34 : Où est passé le tuteur?!Une fédération"dissoute"

 

Le jour de la Fête Nationale, et quand même des idéaux ps.pngrépublicains et révolutionnaires également, j’ai eu envie d’écrire sur une révolution inachevée…

 

Depuis fin septembre 2010, la fédération du Parti Socialiste de l’Hérault a été mise « sous tutelle pour 6 mois ».

 

Constatant comme beaucoup que ce dispositif avaient fait des heureux (et des malheureux…), les militants socialistes dans l’Hérault commencent sérieusement à s’interroger. Personnellement, je m’attendais certes à un « nettoyage » financier, des pratiques et des fichiers, mais surtout à l’animation de cette tutelle par un tuteur : le bureau national du Parti Socialiste. Celui-ci a mis en place une direction collégiale, respectant les différentes sensibilités mais force est de constater que le dispositif semble être en panne.

 
 

 

Si des mouvements d’humeur (pour rester poli) s’étaient fait ressentir à l’égard de la direction du parti et de son Premier Secrétaire Martine Aubry, aujourd’hui, même une partie ceux qui attendaient une telle décision se demande où on va à moins d’un an de la présidentielle.

 

Cela est mon cas.

 

Du coup, je me suis replongé dans les statuts de mon parti pour voir les dispositions qui régissaient cette tutelle. Qu’elle ne fut pas ma surprise de constater que le terme même de « tutelle » n’existe pas dans la version des statuts modifiés au congrès du Mans en 2005.

 

Article 11.18 :

dissolution d’une fédération ou d’une union régionale

Le Conseil national, au vu des conclusions d’une commission d’enquête composée de 3 membres, qui doit procéder sur place à toutes les auditions et investigations nécessaires, peut prononcer la dissolution d’une fédération ou d’une union régionale qui, en tant que telle, s’est rendue coupable d’actes graves d’indiscipline ou

d’actions de nature à porter gravement préjudice au Parti. Il peut aussi prononcer la dissolution d’une fédération ou d’une union régionale en cas de carence caractérisée de fonctionnement.

 

Du fait qu’il n’y ait pas vraiment de tuteur, et du fait de la situation elle-même aujourd’hui, j’en viens à penser que nous avons fait de la com’ sur une « tutelle » alors qu’en réalité il doit s’agir d’une telle dissolution.

 

Dès lors, quid de la durée de 6 mois annoncée en septembre 2010 ?! Quid du délai dit « le plus rapide » pour la reconstitution de la fédération par le Conseil National ?! (art. 11.20)

 

Il est dommage que le bureau national ne s’implique pas d’avantage dans une telle reconstitution (même si les difficultés politiques doivent certainement l’expliquer, mais en aucun cas l’excuser).

 

Une direction collégiale, ok. Sauf que les rumeurs persistantes sur « les pratiques anciennes reviennent avec de nouvelles personnes » ou encore « finalement cela fonctionnait mieux avant la tutelle » trouvent un écho qui est difficile à contredire faute de transparence, et surtout d’informations avec des bilans d’étapes par le tuteur que devrait être le BN.

 

Si ces « nettoyages » m’apparaissaient nécessaires, ils n’étaient en rien suffisants.

 

Bientôt un an après, le BN ne respecte pas son engagement de 6 mois, et met les militants que nous sommes dans une impasse du fait de son immobilisme.

 

J’aurais attendu d’une telle tutelle la restructuration de la fédération.

C’est-à-dire le fait de s’interroger sur la taille, le découpage etc. des sections par exemple. N’aurait-il pas été pertinent de créer des comités de ville pour Montpellier, Béziers, ou encore Sète ? (cf. art. 3.3) Cela permettrait de casser des frontières fictives voire mystiques et de recréer du lien dans ces villes que nous devons soit conquérir soit conserver…

 

Bref, la question est simple aujourd’hui : où en sommes-nous ? Et qu’attend le Bureau National en laissant une telle situation perdurer, et même empirer au fil des mois ? La question brûle encore plus depuis la décision du BN par rapport à la fédération des Bouches-du-Rhône…

Cedric Haution

Commentaires

La question serait la suivante : y a-t-il un problème mal géré ? Dans ce cas, est-ce l'Hérault ou les Bouches du Rhône ? ou bien y a-t-il deux problèmes mal gérés ?
D'un autre côté, je pense que les électeurs pour les primaires puis la présidentielle, n'en ont rien à faire de nos histoires.
Ce serait bien que pour une fois, un post qui ne parle pas des dirigeants des sections biterroises ne soit pas suivi par des insultes envers eux dans les commentaires.
Pour finir, je suis amené à quitter cette fédération pour raison professionnelle et ce sera sans regret ni pour l'ancienne direction, ni pour la nouvelle.

Écrit par : Yo | vendredi, 15 juillet 2011

les raisons de la tutelle sont simples :

1) en l'état actuel des choses la tutelle n'est pas majoritaire sur le département donc les "pro tutelle" n'ont pas intérêt à provoquer un vote car ils perdraient largement.

2) Les "pro tutelles "ont intérêt a épurer les fichiers de toutes les manières possibles et à laisser pourrir la situation pour dégouter les militants qui ne leur sont pas favorables. C'est eux qui sont aux manettes et ils ne s'en privent pas.

3) Pendant ce temps ils peuvent s'investir les uns les autres en se moquant éperdument du vote des militants sur le non cumul des mandats ( faites ce que je dis et pas ce que je fais ...CQFD ).

4) Ils n'ont aucun intérêt à réveiller une fédération qui est favorable à Hollande alors autant l'étouffer.

5) La fédération des bouches du Rhône peut bien avoir les pratiques qu'elle veut du moment ou elle a fait allégeance à Aubry et qu'elle lui assure un nombre considérable de voix.

Donc en conclusion face à cette situation exécrable ce n'est surtout pas le moment de lâcher prise . Dans un premier temps une seule ligne de conduite "mobilisation ".

1) participer activement aux primaires et surveiller très scrupuleusement leur déroulement pour ne pas que se reproduise les pratiques qui ont entaché l'élection de la première secrétaire actuelle.

2) Continuer à demander la réintégration de tous les socialistes de Hérault exclus injustement lors des régionales.

Enfin , toutes proportions gardées, l'épisode malheureux de cette tutelle illégitime s'apparente plutôt à la terreur qu'à une révolution même inachevée....

Écrit par : patrick | samedi, 16 juillet 2011

Finalement , nous sommes tous d'accord . Cette tutelle est illégitime (même les pro-tutelle constatent que cela n'existe pas dans les statuts) et qu' elle fait plus de dégats qu'elle n'apporte de réponses. C'était peut être ça , la "mission de réconciliation": nous souder contre une direction collégiale qui dévitalise notre parti.

Écrit par : olivette | samedi, 16 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.