Début mai, quelques jours à peine avant l'électrochoc DSK, j'ai contacté François Hollande pour lui exprimer que je souhaitais contribuer à sa campagne et à son travail dans les quelques domaines où je pense pouvoir apporter quelque chose.

Aujourd'hui, il m'apparait, simplement par souci de clarté envers ceux qui m'ont élue, que je doive exprimer ce que je voterai lors de nos primaires. Il ne s'agit ni d'un "appel", ni d'un "ralliement', ni du rejet d'aucun de nos autres candidats pour lesquels j'ai au contraire de l'estime, voire de l'amitié.

Je voterai pour François Hollande. Je l'exprime tardivement mais c'est un choix indépendant des candidatures et des retraits récents. Comme lui s'est porté candidat, en liberté, de sa propre décision, je voterai Hollande.

Idées claires, programme lisible où j'essaierai d'apporter des propositions, exigence de vérité, sobriété, j'ai apprécié à chaque pas, les plus récents inclus, son attitude et son propos.

Par-dessus tout, il manifeste, comme d'ailleurs tous nos candidats, une volonté d'exemplarité dont on trouvera à de multiples reprises la marque dans ce blog et dans mes prises de position. Il a une ambition pour la France, le souci de redonner de la force aux Français et il s'y tient.

Nous sommes nombreux, je crois, à ne plus pouvoir accepter un manquement, un mensonge ou une humiliation. Ces quatre années nous ont épuisés. La politique doit retrouver l'honneur.

Michèle Delaunay