Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 28 mai 2011

Pôle emploi précaire

 

Le chômage baisse en avril de 0,4%,  pour le 4ème mois consécutif. Mais les seniors, les précaires et les chômeurs de longue durée ne bénéficient pas de cette légère amélioration, essentiellement dûe au retour des contrats aidés. L'UMP, que les superlatifs n'effraient jamais, crie victoire dans un communiqué: « Dans la lutte contre le chômage, la France avance plus vite que prévu! Ces bons chiffres du chômage valident la politique volontariste du président de la République, du gouvernement et de la majorité ». Il est un peu hasardeux de fanfaronner alors que, deux ans et demi après le début de la crise, 4,039 millions de personnes sont inscrites à Pôle emploi, au moment où d'autres pays, notamment l'Allemagne, ont réussi à réduire le nombre de demandeurs d'emploi. Il est tout aussi excessif de vanter les supposés succès français quand la liste des chômeurs ayant eu une activité réduite, comme l'intérim, s'est encore allongée le mois dernier de 5 000 personnes. Le gouvernement souligne l'amélioration du chômage des jeunes: or, elle se justifie par le fait que les jeunes sont les premiers bénéficiaires des travaux temporaires qui sont proposés sur le marché du travail. Les seniors, qui ne profitent pas de ces emplois, voient leur situation toujours plus dégradée puisque leur taux de chômage a augmenté d'environ 13% en un an, ainsi que les demandeurs d'emploi de longue durée, dont l'effectif a progressé de 11% depuis avril 2010. Ce n'est donc pas l'emploi qui augmente, contrairement à ce que dit Xavier Bertrand, mais la précarité. Ce gouvernement a détruit des emplois publics, freiné les embauches à cause du développement des heures supplémentaires, refusé d'engager un plan de relance significatif, et généralisé l'austérité salariale. Il est trop tard pour inverser ce bilan.

Bernard Roman

Les commentaires sont fermés.