Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 12 avril 2011

Christian Bourquin écrit à Martine Aubry

« Cette lettre restera très certainement sans réponse, sans un signal, comme celles que je t'ai adressées jusqu'à présent » : ainsi débute la lettre que Christian Bourquin, le président du conseil régional, a envoyée jeudi dernier à Martine Aubry, la Première secrétaire du PS. Dans ce courrier, provoqué bien sûr par la tutelle de l'Hérault et la plainte que le PS a déposée contre Robert Navarro, ancien premier fédéral, Christian Bourquin n'est pas tendre avec la patronne du Parti socialiste, dont il pointe « ce qui doit caractériser(la) façon de diriger notre parti (...)», à savoir « cette absence de dialogue ». Et de lister les « non dits » et les « non rendez-vous entre nous » au fil des mois.



« Technostructure »


Il remonte bien sûr jusqu'à l'exclusion des 57 colistiers de Georges Frêche au moment des régionales de 2010, mais il évoque surtout la question héraultaise. « La tutelle que tu as mise en place dans la Fédération de l'Hérault invoque sans cesse un rapport accablant contre Robert Navarro (...). Or, là encore personne n'a jugé utile de m'informer du contenu de ce rapport tenu secret, y compris pour m'en dire les contours ». Christian Bourquin regrette aussi de ne pas avoir reçu un appel au moment de la plainte contre Robert Navarro : « Je ne porte pas de jugement sur le fond de l'affaire, que j'ignore, mais sur la forme : une fois de plus tu n'as pas pensé qu'il puisse être important de faire part de ce nouvel élément au Président de Région, leader politique régional, au demeurant simple élu de province !….», écrit Christian Bourquin. Le président du conseil régional, qui compare la tutelle à une « technostructure », met par ailleurs en garde contre le danger « de crisper ainsi l'opinion publique de tout un département qui compte 3 % par son poids électoral en France ».



Rendez-vous dans l'air
Un brin ironique, le président du conseil régional conclut sur l'invitation lancée le jour même via la presse par Christian Assaf, membre de la tutelle, qui lui a proposé de venir le rencontrer pour lui présenter le fameux rapport : « Je serai bien évidemment ravi d'honorer ce rendez-vous », indique Christian Bourquin, qui a aussi envoyé une lettre dans ce sens à la tutelle de l'Hérault. Sans réponse pour l'instant.


 l'Indépendant

 

concombre-courrier-3.gif

Commentaires

Et quand on aura remonté le fil, on s'apercevra que toute cette histoire n'est qu'une vaste manipulation de la part des employeurs de la tutelle qui veulent spolier la majorité fédérale! Qu'attendent-ils pour aller montrer ce rapport à Bourquin? C'est parce qu'il est vide??

Écrit par : ariane | mardi, 12 avril 2011

Les commentaires sont fermés.