Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 09 avril 2011

Non au débat procès sur la laïcité



meteo-soleil-6.gifC’est l’effet produit par le débat du 5 avril. Une fronde générale qui tourne au procès de la laïcité. L’initiative a généré tous les effets pervers redoutés.

A force de parler si fort et si maladroitement de l’islam – tout en vantant l’identité chrétienne de la France -, l’UMP doit reculer. Au risque de conforter les électeurs d’extrême droite dans l’idée d’un sujet tabou. Tombant dans le piège, des personnalités de gauche ont signé un appel pour refuser le « débat-procès de l’islam » et se découvrent accolées à des signataires intégristes (non pas un, mais plusieurs militants des Frères musulmans). Ce qui revient à refuser la critique du christianisme… en compagnie de lefebvristes. Martine Aubry, Laurent Fabius, Sandrine Mazetier ont eu raison de retirer leur signature.

Reste le climat. En une mandature, le thème de la laïcité est devenu presque aussi piégé que celui de l’immigration. Alors que des faits graves remontent du terrain, on ne peut plus en parler. Sous peine d’être accusé de servir la soupe à Marine Le Pen. Bel effet. Pour quel bilan ?

Le FN a sorti le clairon, mais n’a aucune solution pacificatrice à proposer et a bien plus de casseroles que tous les partis réunis en matière de soutien à l’intégrisme. La droite au pouvoir a sorti la grosse artillerie, mais mène une politique dévastatrice, qui asphyxie le travail de terrain d’associations laïques, au profit du repli communautariste et religieux. De son côté, la gauche aspirant à gouverner a si peur d’être accusée d’ »islamophobie » qu’elle laisse le champ libre à un discours offensif, voire agressif, à l’autre bout de l’échiquier. Même si on ne peut pas laisser dire qu’elle a déserté.

Régulièrement, le Parti socialiste organise des débats sur la laïcité, où les questions que l’UMP souhaite aborder le 5 avril sont discutées. Jean Glavany travaille à une commission parlementaire permettant d’enquêter sur les dérives sectaires et intégristes au sein de l’école privée. La Mairie de Paris tente une médiation pour faire cesser les prières en pleine rue à la Goutte-d’Or. Ce qui relève en partie de la responsabilité du préfet. En espérant qu’une solution soit trouvée avant 2012.

Plus à gauche et plus laïque, le Parti de gauche s’apprête à déposer une proposition de loi pour renforcer celle de 1905, notamment l’appliquer en Alsace-Moselle, et concentrer les moyens publics sur l’école républicaine. Quant à Europe Ecologie-Les Verts et au NPA, la complaisance envers l’obscurantisme existe, mais ne doit pas cacher le travail de clarification opéré par de nombreux militants, à la fois antiracistes et laïques.

La question de la laïcité ne départage pas la droite et la gauche, mais les élus nationaux, plutôt au clair, des élus locaux, embourbés dans la volonté de satisfaire mille demandes associatives confessionnelles, dont certaines défont la laïcité. Dans ce domaine, personne ne peut donner de leçon à personne. Ou alors à tout le monde.

A Lille et à Sarcelles, où des créneaux horaires ont été accordés à des associations défendant le droit de ne se baigner qu’entre femmes. Mais aussi à Bagnolet, Bordeaux, Roubaix, Asnières et ailleurs, où des élus locaux (UMP, PC ou PS) soutiennent ou cautionnent des associations intégristes. A Roissy-en-Brie, Chantal Brunel a même inauguré une mosquée en compagnie d’un prédicateur particulièrement extrémiste, Saïd Ramadan Al-Boutih, qui refuse de voir les musulmans se « mêler » aux non-musulmans… Ce qui épouse parfaitement bien l’idée de remettre certains Tunisiens dans « leur bateau » (sic).

Entre complaisance envers l’intégrisme et xénophobie, il est urgent de s’éclaircir les idées. Non pas en abandonnant la laïcité ou en cessant d’en parler. En insistant pour en faire une question citoyenne, et non politicienne.

Caroline Fourest

Commentaires

Le faux débat

Qu’est-ce que je fais ?
Un peu tout et pour rien par-dessus le marché…
Et comme je ne suis pas rémunérée
Il n’y a personne pour m’empêcher de faire ce que je fais…
Vous n’avez pas idée comme je me sens libre de vivre de ma liberté.
Vous n’avez toujours pas deviné ce que je fais ?
Je défends la veuve et l’orphelin… Il n’y a pas de sot métier.
Hier ou peut-être avant-hier, j’ai eu droit à mon premier client.
Ils étaient deux : une veuve et un orphelin. Deux français de souche.
Le père décédé prématurément, et la mère s’est retrouvée seule pour élever son enfant.
Seulement voilà, la malheureuse habitait au cœur d’une cité d’immigrés dans le Nord pas de Calais.
Son enfant est agressé, insulté et raquetté tous les jours. Pour un oui, pour un non, traité de c.franc, de français en verlan, maltraité pour son faciès et sa mauvaise adresse… pendant que la mère, plus pauvre que jamais, fait du ménage dans les immeubles d’en face pour subvenir à ses besoins. Elle n’a jamais porté plainte et fait tout son possible pour y faire face.
Parce que les menaces sont bien réelles alors que les autorités restent virtuelles.
Pour ne pas être la proie d’une agression sexuelle, et ne pas tomber sous la tutelle des petits caïds, elle a dû se voiler la face, pour passer à travers les mailles du filet.
Quand elle monte les étages de son immeuble délabré, elle prie chaque jour le seigneur pour ne pas tomber dans un guêpier. Et à chaque jour suffit sa peine… comme dit la chanson.
Je lui ai demandé dans la foulée pour qui elle votait ?
Comprenant pour une fois pourquoi les petites gens votaient pour le parti le plus sécurisant.
Et qu’elle fut ma surprise d’apprendre ce que j’ai appris… de la bouche de cette veuve que j’ai crue complètement désarmée. Elle m’a répondu avec une voix assurée qu’elle votait pour le Tout puissant… pour Dieu…
Que ses bourreaux étaient aussi des victimes. Que leur sort était encore pire que le sien… que depuis la mondialisation, ils sont désormais tous logés à la même enseigne : miséreux et misérables… tout juste bons pour fournir leur sueur et le fruit de leur labeur à la puissance de l’argent.
Et le débat sur l’Islam ? Lui dis-je pour changer de sujet
Elle me regarda fixement puis furieusement et me dit : il n’y qu’un seul débat : A QUOI SERT L’ETAT ?
Sinon à aggraver les tensions entre les uns et les autres pour détourner l’attention de l’argent volé aux uns et aux autres.
Le pouvoir de l’argent est entre leurs mains et la merde est dans nos yeux... sans distinction ni de race, ni de nation, ni de religion.
Il n’y a que l’argent… pour nous séparer… alors que nous nous ressemblons plus que jamais !
Vaincre l’ignorance voilà, me dit-elle ce que je ne cesse de dire à mon fils.
Je lui ai demandé dans ce cas ce qu’elle attendait de moi ?
Elle se leva et me claqua la porte au nez.
J’ai aussitôt compris qu’elle était française de souche… mais … de confession musulmane…
Cherchez l’erreur !

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/le-faux-debat/

Écrit par : le journal de personne | dimanche, 10 avril 2011

Les commentaires sont fermés.