Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 18 janvier 2011

Un couvercle a sauté

La Tunisie évidemment.

La force d’un peuple qui réussit à faire fuir une autorité qui jusque là tenait le pays. La fragilité d’un régime uniquement basé sur la crainte et la corruption. La satisfaction de constater que l’aspiration à la liberté finit toujours par submerger les digues posées par les soldats.

L’inquiétude aussi car aussi historique que ce basculement soit, il n’est qu’une première manche. La Tunisie est devant l’inconnu et il est difficile de dire si c’est le soulagement, l’angoisse du vide, l’espoir ou la perplexité qui doit l’emporter dans l’immédiat. Demain la révolution de velours vers la démocratie façon république tchèque ou instauration d’un régime encore plus dur façon république islamique d’Iran ?

Et aussi une pensée pour l’incroyable réponse de Michèle Alliot-Marie à l’Assemblée mardi dernier quand interrogée sur les manifestations qui embrasaient Tunis affirmait benoitement « cela montre le bien-fondé de la politique que nous voulons mener quand nous proposons que le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type

Jean Jacques Urvoas

Les commentaires sont fermés.