Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 23 décembre 2010

La parole publique doit être sans tache

Ceux qui portent la parole de la République doivent être sans tache. C’est bien le moins que l’on soit en droit d’attendre d’eux.

Quelle force pourrait avoir une autorité qui aura pour mission d’en appeler au respect de la loi et qui aurait parallèlement enfreint cette même loi ?

En mai 1992, le premier ministre socialiste Pierre Bérégovoy avait même estimé qu’un de ses ministres simplement mis en cause devait démissionner. Dans le cas d’espèce, il s’agissait de Bernard Tapie. Par la suite, Balladur, en avait fait une règle qu’il avait appliqué à trois reprises pour les ministres Alain Carignon, Gérard Longuet et Michel Roussin.

En octobre 1998, sous Lionel Jospin, Dominique Strauss-Kahn, avait quitté son poste de l’Economie, mis en cause dans l’affaire de la MNEF. Et même lavé de tout soupçon, il n’était pas revenu au gouvernement. En juin 2002, sous Jean-Pierre Raffarin, Renaud Donnedieu de Vabres avait démissionné peu avant son renvoi en correctionnelle dans une affaire de financement occulte du Parti républicain. Et en janvier 2004, le secrétaire d’Etat au programmes immobiliers de la justice, Pierre Bédier, avait lui aussi démissionné après sa mise en examen.

Visiblement ces temps sont révolus. Une éminence même doublement condamnée ne se donne même plus la peine de proposer au Premier ministre sa démission…

Jean Jacques Urvoas

Commentaires

Dominique Strauss-Kahn, comme la plupart des dirigeants du PS, a une tache indélibile: celle de la politique anti-sociale du FMI et celle qui découle du OUI à la constitution de l'Europe (sociale-libérale)

Écrit par : saint just | jeudi, 23 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.