Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 12 décembre 2010

Réintégrations....sauf l'Hérault

 

exclamation-isolated-victory.jpg

 

Réunie hier à Paris, la Convention « Egalité réelle » du Parti socialiste a proposé la réintégration de 41 des 58 candidats présents sur les listes de Georges Frêche aux régionales de mars dernier. Des socialistes exclus en février dernier pour cause de présence sur une liste dissidente puisque Martine Aubry avait opposé des listes Mandroux estampillée PS aux listes de feu Georges Frêche, alors soutenues par les cinq fédérations socialistes. Aujourd'hui donc, les « Frêchistes » de quatre des cinq départements de la région Languedoc-Roussillon : les Pyrénées-Orientales,

l'Aude, le Gard et la Lozère, peuvent, s'ils le souhaitent, réintégrer le Parti socialiste. Parmi eux : le président de la Région, le Catalan Christian Bourquin et le maire de Gruissan, l'Audois Didier Codorniou.

  « Tout le monde

ou personne »

C'est François Lamy, le conseiller politique de Martine Aubry en charge de la « mission de réconciliation » (rebaptisée « dialogue et rénovation ») menée depuis le mois d'avril dans les cinq fédérations de la région, qui a proposé cette réintégration, approuvée hier oralement par la Convention. François Lamy a déclaré à l'Afp que le PS considérait   « que dans ces quatre fédérations (Pyrénées-Orientales, Aude, Gard et Lozère-ndlr),   les conditions du dialogue sont revenues et que le parti refonctionne normalement ». La fédération héraultaise restant sous tutelle, le temps que   « le collectif d'animation et d'intégration (qui) f   onctionne bien (ait)   le temps nécessaire pour finir ce travail », dixit François Lamy. «   A l'issue de la tutelle, on pourra procéder à la réintégration des camarades de l'Hérault qui le souhaitent. »

Donc, s'ils le souhaitent, Christian Bourquin ou Didier Codorniou peuvent «   récupérer » leur carte du PS. Oui mais le souhaitent-ils ? Pas sûr à la lecture de cette annonce d'un Parti socialiste laissant sur le bord de la route la puissante fédération de l'Hérault de Robert Navarro. Christian Bourquin l'a martelé : la réintégration, ce sera   « tout le monde ou personne, les 58 ou personne ». Didier Codorniou ne dit pas autre chose. Le « bloc » des Frêchistes n'apparaît pas friable.

Les « réintégrables » peuvent se payer le luxe d'attendre le retour en grâce de leurs camarades héraultais avant de reprendre le chemin de la rue de Solférino.

 
Frédérique Michalak dans l'Indépendant

Commentaires

Depuis quand une convention donne-t-elle un accord oralement? On parle de dysfonctionnement mais qui dysfonctionne le plus? Pourquoi n'y a -t-il pas eu de vote? Parce que la direction a peur du résultat?
Quelle est la légalité et la légitimité d'une telle décision?

Écrit par : reglo | dimanche, 12 décembre 2010

Solferino a beaucoup d'humour et applique l'égalité reelle en languedoc roussillon en mettant en place la reintegration à deux vitesses!!!
Les exclus l'ont été pour la même raison: être restés sur les listes de Georges Frêche en respectant le vote des militants.
La reintegration est maintenant liée à l'origine fédérale. Pour l'hérault, c'est niet!! N'est ce pas là une discrimination honteuse liée à l'origine territoriale?
Il y aurait donc une justice avec deux poids et deux mesures au PS?
Il va falloir en appeler au tribunal international de La Haye pour faire respecter les droits élémentaires des militants!!!

Écrit par : reellle égalité? | dimanche, 12 décembre 2010

Le grief relatif à l'appartenance à la liste frêchiste est écarté par la convention nationale.
Les soi-disants dysfonctionnements héraultais ne peuvent être sérieusement mis à l'actif de l'ensemble des colistiers héraultais.
Il faut donc chercher ailleurs les raisons du banissement maintenu pour les seuls héraultais, mais tous les héraultais.
Je n'ose pas imaginer de basses manoeuvres indignes d'un grand parti démocratique pour écarter quelques candidats potentiels aux investitures...
Et pourtant...

Écrit par : Thierry | dimanche, 12 décembre 2010

au bal des fux culs, Martine est la reine! on voit bien à travers cette décision que l'enjeu de l'exclusion n'était pas de soit disant valeurs à défendre aux régionale mais mettre la main sur l'appareil politique de la fede de l'herault. Pour les naïfs, les masques sont définitivement tombés. Comment faire confiance à un parti qui prend les électeurs de gauche en otage pour des manoeuvres de bas étages

Écrit par : faux culs | lundi, 13 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.