Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 08 décembre 2010

Brasse coulée?

ecole.jpg

Décidément, Raymond Couderc a un sens tout particulier de l'aménagement du territoire et de l'intérêt général. Le choix de l'implantation de la piscine sud dans l'agglo en est une nouvelle illustration.

Pourquoi choisir de construire une piscine essentiellement à destination des scolaires alors qu'on aurait pu , dans le territoire Sud de l'agglo où le tourisme est capital , avoir un projet autrement plus ambitieux, mêlant espace ludique et piscine d'apprentissage?

Pourquoi décider de construire une piscine «  scolaire » et choisir de l'implanter dans la commune où il y a le moins  d'élèves ?

En effet, alors que Sauvian n'a pas de collège,la piscine implantée à Sérignan desservirait les collèges de Sérignan et de Vendres et ,bien entendu,le futur Lycée Marc Bloch !

Pourquoi vouloir multiplier les déplacements de 4000 élèves pour se rendre à la piscine, entrainant des coûts supplémentaires pour les collectivités territoriales afin de financer ces transports ,des encombrements de cars et d’automobiles sur la petite route Sérignan- Sauvian,des émissions de CO2 conséquentes contraires aux prescriptions du Grenelle de l'environnement et enfin des pertes de temps importantes pour les élèves ?

Pourquoi enfin choisir délibérément de se priver des subventions du Conseil Général et du Conseil Régional, soit environ 1 million d'€ ? L'argent coulerait-il à flot à la Cabeme ? Ce n'est pas le sentiment des contribuables auxquels Raymond Couderc a imposé un impôt agglo !


Le Conseil Régional avait appelé solennellement Raymond Couderc à ne pas prendre en otage les lycéens du futur lycée Marc Bloch et à penser à l'intérêt de tous. Peine perdue : avec Raymond Couderc, les petits intérêts politiciens priment sur l'intérêt général!La seule motivation de sa décision ?Donner un coup de pouce à son ami, le Maire de Sauvian, et punir le Maire de Sérignan d’avoir eu l’outrecuidance d’accepter dans sa commune le Lycée que Raymond Couderc avait refusé à Béziers.

Karine Chevalier

Conseillère Régionale

Déléguée aux Ecoles de la Deuxième Chance

Les commentaires sont fermés.