Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 28 juin 2010

La femme de Woerth

Jérôme Cahuzac, président de la commission des finances de l’Assemblée -  pour qui j’ai le plus grand respect - indiquait dimanche dernier qu’il « croyait que le ministre était un honnête homme ». Je n’ai pas de raison de ne pas le penser non plus.

Simplement qui ne voit pas que sa position est intenable ? Chaque jour, la presse fait son travail et apporte de nouveaux éléments qui tous fragilisent la défense du ministre. Inéluctablement sa démission s’imposera pour une raison très simple éditée en son temps par Jules César, lui-même : « la femme de César ne doit pas être soupçonnée ».

Si l’on en croit Plutarque, c’est, en effet, ce que l’Empereur répondit lorsqu’il justifia la répudiation, sans aucune preuve, de Pompéia, sa troisième épouse à qui l’on prêtait des relations illicites avec le tribun Clodius. A ses yeux, que son épouse soit suspectée suffisait à l’écarter qu’elle soit réellement fautive ou pas. Sa proximité avec le pouvoir ne pouvait autoriser le doute.

C’était il y a longtemps mais la leçon reste et Eric Woerth va le vérifier.

Jean Jacques Urvoas

Les commentaires sont fermés.