Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 31 mai 2010

Le PS réinvente l'apéro Facebook

L’ami Dagrouik vient de publier sur son excellent blog le « Rapport d’orientation sur la rénovation du Parti socialiste » dont le rapporteur n’est autre que l’inénarrable Arnaud Montebourg, président de la Commission de la Rénovation. Ce rapport sera présenté au bureau national, le 1er juin prochain.

Il s’agit d’un document de 55 pages qui jette les bases d’une immense usine à gaz.

Je n’en discuterai pas ici tous les aspects, faute de temps, et concentrerai donc mon analyse sur les seules Primaires que la Commission de la Rénovation entend ouvrir aux citoyens sympathisants de gauche.

Les critères pour pouvoir participer aux Primaires sont les suivants (cf. p.11) :

  • être inscrit sur les listes électorales ;
  • signer une déclaration sur l’honneur d’adhésion aux valeurs de la gauche ou un engagement à soutenir le candidat désigné ;
  • faire un don le jour du vote à la campagne des Primaires (minimum 1 €  avec un plafond contributif maximal défini par les règles de financement des partis politiques).

En vérité, ces critères n’ont rien de surprenant. Ils étaient même attendus car c’était les seuls légalement envisageables en dehors de toute structure associative partisane.

En effet, comment en pratique  sélectionner la « masse informe » des citoyens « sympathisants de gauche » ou qui se prétendent comme tels ?

Jouir de ses droits civiques et politiques ? C’est bien le minimum.

Signer une déclaration sur l’honneur d’adhésion aux valeurs de gauche ou de soutien à un candidat ? Ca ne mange pas de pain et, même un électeur UMP peut signer un tel papier qui ne lui sera juridiquement pas opposable dans le secret de l’isoloir.

Il reste donc ce fameux don qui pourrait être, en réalité, le seul élément dissuasif (quelle organisation politique encaissera ce fric et selon quelle clé de répartition ?). Encore que…

Soit dit en passant, il est curieux d’observer que cette proposition risque d’être avalisée par l’actuelle direction nationale du PS qui compte pourtant dans ses rangs bon nombre d’apparatchiks qui n’avaient pas de mots assez durs sur les militants socialistes à 20 €, lesquels avaient été accusés d’avoir été la cause de la désignation de Ségolène Royal en novembre 2006.

Là, la Commission Montebourg fait plus fort : elle crée le « vrai faux adhérent PS à un 1 € » !

Les électeurs de droite sont donc prévenus : ils ont donc un petit investissement à faire et un petit paraphe à apposer. Les trostkistes et les frontistes peuvent faire pareil.

Franchement, qui a été dit que c’était compliqué de foutre le bordel à gauche ?

Quid également de la liberté d’association qui est une des garanties de la démocratie ? Si l’on veut participer à la désignation d’un candidat d’un parti, quel qu’il soit, le minimum minimorum c’est tout simplement d’y adhérer !

Or ici, on est dans l’apéro géant Facebook en mode électoral ; on est également dans la grosse manipulation sondagière camouflée sous le couvert de bureaux de vote que la Commission de la Rénovation entend mettre en place dans toute la France (entre 10.000 à 15.000).

En d’autres termes, « on ne sait pas qui » sera appelé à voter « on ne sait pas trop quand » en faveur « d’on ne sait pas trop qui », lequel représentera « on ne sait pas vraiment quoi ».

Comment la validité et la sincérité d’un tel scrutin pourra-t-elle être garantie ?

On doit relever, en page 13 de son rapport, que la Commission de la Rénovation n’hésite pas à faire référence à l’Italie pour y trouver un argument décisif à la procédure :

« La gauche italienne a pu obtenir 10 000 bureaux de vote, la participation de 4 millions de citoyens, lors de la désignation de Romano Prodi ».

Quand on voit l’état de déliquescence de la gauche italienne depuis bientôt 20 ans, il y a vraiment de quoi s’interroger sur la santé mentale de celle ou celui qui a eu l’idée de faire cette comparaison aussi grotesque qu’incongrue.

Qui est au pouvoir en Italie actuellement ? Un lecteur déclaré de Benito Mussolini. Ah oui, belle comparaison, vraiment !

Relevons aussi ce paradoxe qui consiste à avoir exclu 59 socialistes de premier plan en Languedoc-Roussillon (et que le PS n’a pas été foutu à ce jour de réintégrer) et à vouloir maintenant constituer un corps électoral de gauche transversal aux partis.

A ce paradoxe, ajoutons-en un autre : celui qui consiste à vouloir mettre sur pied ce grand barnum électoral alors que le PS s’est distingué, fin novembre 2008, par des fraudes internes massives d’où l’actuelle direction est issue.

Je renvoie enfin le lecteur à ce que certaines personnalités de gauche ont dit au sujet des Primaires en août dernier.

Gabale

Commentaires

Si les primaires nous posent quelques interrogations comme le dit Gabale, le cumul des mandats est aussi une démarche préoccupante non pas sur le fond mais sur l'emploi qu'en font nos rénovateurs.

En effet, le président du conseil général de Seine Saint-Denis lors de l'émission C.Politique (1) répondait à la question concernant la quasi faillite du conseil général qu'il préside en invoquant la responsabilité des institutions financières lui ayant fait contracter des emprunts sans qu'il en comprenne toutes les conséquences.

Pour faire face courageusement, après avoir désigné les boucs-émissaires, il va prendre la décision de faire voter un budget 2010 en déséquilibre afin d'être mis sous tutelle de l'état.

Cette attitude lui vaut de son ancien mentor, fort sympathique au demeurant, cette réplique " c'est une habitude chez lui, il a toujours était sous tutelle"(2)

Mais voila que début Mai,(3) notre rénovateur retrouve ses valeurs perdues, en l'occurence, le non cumul des mandats et, à ce titre, démissionne de la présidence du conseil général de S.S.Denis pour conserver son mandat de député.

La preuve concrète que la rénovation est vraiment en marche !!!!!!!

(1)France 5 C.politique 11 avril 2010
(2)Le nouvel obs
(3)La dépéche du midi 3 mai 2010

Écrit par : Globule | mercredi, 09 juin 2010

Les commentaires sont fermés.