Au moment où plusieurs personnalités de droite en appellent à un retour aux "fondamentaux", l'ump répond présent. Dans un domaine au moins, ses méthodes, à Paris comme à Bordeaux, résistent à toutes les vicissitudes des scrutins.

Le Préfet de région Dominique Schmitt vient d'adresser aux élus le décret portant création de l'E.P.A. (Etablissement Public d'Aménagement) Bordeaux-Euratlantique.

Une paille, qui sans être tout à fait à la dimension de l'EPA de la Défense, n'en partage pas moins les objets et les pouvoirs, sinon les tentations, pour ceux qui vont en assumer la gestion.

On se souvient de l'histoire, fort coûteuse pour Nicolas Sarkozy alors qu'il l'espérait fructueuse pour le petit Jean : Patrick Devedjian contraint à démissionner de sa charge parce qu'ayant atteint l'âge limite de 65 ans et contraint ainsi à libérer opportunément un poste de Président, fléché de longue date à l'intention de Jean Sarkozy.

Fi, de cette limite d'âge, la République est arrangeante. Il suffit pour cela d'un décret.

Le décret portant création de l’Etablissement Public d’Aménagement de Bordeaux- Euratlantique publié le 24 mars vient à point nommé calmer les inquiétudes de ceux (celui) qui aurai(en)t pu craindre la rigueur de la jurisprudence Devedjian.

En effet, le texte complet, auquel nous renvoie le message préfectoral, prévoit que l’élection du Président se fera pour trois ans et que l’âge limite de ce Président sera à la fin de son mandat et de manière tout à fait surprenante (!) de 68 ans et non de 65.

Pour mémoire, Alain Juppé aura exactement cet âge à la fin de ce mandat de trois ans puisqu'il est né le 15 août 1945.

Aux timorés du décret trop fléché, la décence aurait fait choisir un âge limite de 70 ans. La ficelle eût été moins grosse, mais qui sait, un autre aurait pu s'engouffrer. Mieux valait façonner la règle à précise pointure.

Pendant les travaux la vente continue et les méthodes de l’ump résistent décidément à toutes les vicissitudes des scrutins.

Michèle Delaunay