Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 26 mars 2010

Feu sur "le PS d'en haut" !

Feu sur "le PS d'en haut" !


Gérard Collomb dénonce "l'archaïsme" de Solférino. Il appelle les élus locaux à promouvoir en 2012 une candidature à leur image : "social-réformiste". Et si c'était DSK...



Le Nouvel Observateur : Vous opposez la direction nationale du PS et ses élus locaux qui seraient selon vous les seuls vainqueurs du scrutin régional. N’est-ce pas un peu schématique ?

Gérard Collomb : Je n’oppose pas. Je constate une évidence. Les élus socialistes gagnent quand la rue de Solférino les accompagne. Ils gagnent également quand la même rue de Solférino leur met des bâtons dans les roues. Regardez ce qui vient de se passer dans l’ensemble des régions françaises, Languedoc-Roussillon compris.

Quel sens donnez-vous à cette victoire ?

On a tenté, à droite notamment, de ringardiser les élus locaux en expliquant qu’ils étaient des féodaux tout juste bon à faire du clientélisme ou à lever des nouveaux impôts. Cela n’a pas pris car les Français savent bien que les élus de gauche, qui constituent le PS d’en bas, mènent dans leur ensemble une politique que je qualifie de sociale-réformiste moderne.

PS d’en haut à Solférino, PS d’en bas dans les collectivités locales : il y a donc, à vos yeux, deux lignes qui s’affrontent ?

Les élus locaux socialistes, en particulier les présidents de conseils régionaux ou les maires de grandes villes, ne se contentent pas de gérer des territoires. Ils ont les yeux ouverts sur l’Europe et le monde. Ils voient le mouvement de globalisation. Ils savent d’expérience que l’économie ne se dirige plus au niveau de l’Etat-Nation. Ils constatent les évolutions qui travaillent la société, les nouveaux modes d’identification, les problèmes de ségrégation qui s’aggravent. Bref, ils ne font pas de la politique en chambre. Ils veulent réformer mais ils savent que les recettes des années 70 ou même celles de la sociale-démocratie classique sont aujourd’hui dépassées. C’est en ce sens qu’ils sont vraiment réformistes et profondément modernes.

Les commentaires sont fermés.